Les Alpes-Maritimes est l’idéal pour tous ceux qui désirent s’y promener, que ce soit en moto, à vélo mais également à pied. 1200km de pistes dites GR (grande randonnée) sont répertoriés et plus de 7000km incluant les petites randonnées. De quoi occuper les amateurs comme les randonneurs chevronnés !

De la passion et du dynamisme. Voilà ce qui anime le comité départemental des Alpes-Maritimes de Fédération française de randonnée. Quand on rencontre, via vidéo, Patrick Rey, responsable de la commission Sentiers, Itinéraires et Numérique, Michel Peracchia, membre de la commission et responsable de la communication, ainsi que Erell Coënt, agent de développement, les idées fusent. Fort de ses 80 associations affiliées et de ses 4800 licenciés, hors de question pour le comité de se reposer pour autant sur ses lauriers !

Randonnées dans les Alpes Maritimes 

Un coup d’œil à la carte du département représentant les GR et on se rend vite compte qu’il y a de quoi faire dans les Alpes-Maritimes. Du Nord au Sud, on y trouve la dernière partie du GR5, qui commence à Amsterdam. Il y a également le GR653A qui est un bout du fameux chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, entre Menton et Théoule. Il y a aussi le GR4 qui part de Royan, près de l’océan Atlantique, pour finir sa course à Grasse pour le moment et bientôt à Cannes. Et puis, en dehors de ces grands sentiers, on trouve un maillage, une multitude de petites randonnées entre les grandes.

Entre mer et collines

L’objectif de la Fédération est alors de répertorier dans des guides, de baliser, et d’entretenir ces belles randonnées, mais aussi d’en créer de nouvelles. Comme le GR51. « On la surnomme « les balcons de la Côte d’Azur ». C’est un sentier qui va dans le Var, depuis Menton, via les collines, un très beau GR avec de magnifiques points de vue sur l’arrière-pays et le bord de mer », présente Patrick Rey. Le comité est également à l’origine, avec la Ville de Nice, du GR Lou Camin Nissart, une randonnée de 42km qui forme une boucle au départ de Nice et qui se perd dans les collines de la capitale de la Côte d’Azur. Et puis, le GR52 surnommée le GTM, la grande traversée du Mercantour, comme une déclaration d’amour au parc régional au départ d’Entraunes et à destination de Menton, homologuée l’année dernière. « Ce sont seize étapes qui vont à mon avis devenir mythiques, car ce GR est largement aussi beau, voire plus, que le célèbre GR20 », s’enthousiasme Patrick Rey.

Il faut savoir que les sentiers sont pour la plupart d’anciens sentiers commerciaux pour des échanges avec l’Italie.

Randonnée pour tous, sans aucune contre-indication

Bref, le choix ne manque pas ! Mais est-ce que tout le monde peut chausser ses baskets pour randonner dans les Alpes-Maritimes ? Le responsable de la commission n’hésite pas une seule seconde : « Je prône la randonnée pour tous, sans aucune contre-indication. Il s’agit juste de s’adapter selon sa condition physique. On peut commencer doucement en randonnée santé et progresser, même pour des gens qui n’ont jamais fait de sport ». Michel Peracchia confirme : « Nous sommes un pays frontalier, et il faut savoir que les sentiers sont pour la plupart d’anciens sentiers commerciaux pour des échanges avec l’Italie. Ils n’étaient donc pas pour des sportifs, donc évidemment aujourd’hui encore, ils sont ouverts à tout le monde ». Et il y en a pour tous les goûts. Michel Peracchia poursuit : « On est dans une région où, en plus, c’est très varié, en toute saison, il y a quelque chose à faire, que ce soit une randonnée, une marche nordique, une sortie en raquette… »

Objectif : séduire un public urbain

Pas le temps de s’ennuyer dans les Alpes-Maritimes ! D’ailleurs, de nombreux projets sont en cours au sein du comité comme la publication d’une application qui va répertorier toutes les randonnées du département mais également la création de randonnées urbaines. Patrick Rey explique : « On va favoriser la randonnée proche de chez soi. On va créer seize randonnées urbaines, à thème, à travers Nice et on a aussi des projets sur Cannes, Antibes, et Cagnes ». Objectif : toucher un autre public, plus urbain, qui n’a pas forcément un véhicule et assez de temps, et qui souhaite ainsi marcher pendant une heure pendant la pause déjeuner. De quoi motiver les jeunes actifs et de quoi confirmer une tendance. Erell Coënt : « La randonnée pédestre est un sport en pleine expansion, pour le côté « randonnée » mais également pour le tourisme de nature ». A vos baskets !

Pour en savoir plus, consultez les guides de la Fédération Française de Randonnée des Alpes-Maritimes