La quatrième édition du festival Urban Painting Around the World (UPAW) s’est clôturée le 20 juillet avec la traditionnelle vente aux enchères silencieuse. Cette année, les artistes ont dû créer deux toiles sur le thème « Free Mediterranean ».

C’est exceptionnellement sur le parvis du Musée Océanographique que six artistes se sont retrouvés pour trois jours de création, du 18 au 20 juillet, à l’occasion du festival UPAW. Mêlant street-art et cause environnementale, l’objectif ultime de ce rendez-vous est de réunir des fonds qui seront ensuite reversés à la Fondation Prince Albert.

Pollution plastique : la mer suffoque

Cette année, Mr One Teas, artiste monégasque et directeur artistique de l’édition 2020, a convié cinq autres artistes de France, de Suisse et d’Italie. Le défi à relever ? Réaliser deux tableaux en trois jours, sur le thème de la « Méditerranée libre » sans plastique, pollution et pêche illégale. Les passants ont donc pu admirer les toiles en création, comme par exemple l’une de l’artiste suisse Jazi, mettant en scène une méduse sur laquelle est inscrit le tristement célèbre slogan : « I can’t breathe ».

Les oeuvres ont ensuite fait l’objet d’une vente aux enchères silencieuse le 20 juillet. Le montant des recettes, qui n’a pas encore été indiqué, sera reversé à l’initiative Beyond Plastic Med – BeMed de la Fondation Prince Albert II de Monaco, dédié à la lutte contre la pollution plastique en mer.  L’année précédente, 25 000 € avaient été récoltés par les organisateurs du festival.