De retour à l’AS Monaco après un prêt concluant au Cercle Bruges la saison dernière (25 matchs, 1 but, 3 passes décisives), Giulian Biancone (20 ans) entend bien poursuivre son ascension. Portrait d’un jeune latéral droit au parcours atypique, qui a pris le soin de se confier pour Monaco Tribune.

C’est sur les bords du Reie, au Nord-Ouest de la Belgique, au milieu des rues pavées et des bâtiments médiévaux que Giulian Biancone a trouvé refuge. À Bruges, souvent surnommée la « Venise du Nord » pour ses nombreux canaux qui traversent la ville, le natif de Sainte-Maxime a posé ses valises le temps d’une saison, avec l’objectif d’emmagasiner de l’expérience chez les professionnels dans un univers familier*. Pari réussi.

Giulian Biancone et le Cercle Bruges, mariage de raison

« J’ai vécu une belle saison, au sein d’un club structuré, avec de bonnes infrastructures, qui m’a permis d’enchaîner les matchs et de progresser tout au long de la saison, se félicite le latéral droit, qui a profité de son passage en Belgique pour se frotter à quelques solides références. Le championnat belge est encore sous-côté en France, car personne ne connaît réellement son niveau. Mais il y a de très bonnes équipes, avec de très bons joueurs, qui finissent souvent en Premier League ou en Bundesliga. On peut le voir aussi avec la sélection nationale, dont la majorité des joueurs sont issus de la Jupiler Pro League. En tant que défenseur droit, j’ai été au marquage de tous les ailiers gauche du championnat, qui sont souvent des joueurs rapides et forts techniquement. À mon arrivée, j’ai d’ailleurs pris une vraie claque. » Si les débuts sont timides, la suite l’est beaucoup moins, avec un changement d’entraîneur (l’Allemand Bernd Storck est arrivé en cours de saison avant d’être remplacé cet été par l’Anglais Paul Clement) et des titularisations qui se sont enchaînées, tout comme les passes décisives, au nombre de trois, qui lui ont permis de terminer meilleur passeur de son équipe et de contribuer grandement au maintien du « Cercle » en première division. « On a joué le maintien tout au long de la saison, mais on a finalement réussi à se sauver à deux journées de la fin. Le changement de coach pendant la saison nous a été bénéfique. Il nous a fait progresser dans le jeu, collectivement et individuellement. »

Giulian Biancone sous le maillot du Cercle Bruges en Jupiler League Pro.

Comparé à Benjamin Pavard pour « son intelligence de jeu et sa technique »

Des progrès marquants, qui ont permis à l’international français U19 de revenir sur le Rocher cet été avec un nouveau statut. « Je suis très content de reprendre avec les professionnels. C’est une réelle satisfaction de retrouver certains de mes coéquipiers que j’avais côtoyé au centre de formation il y a deux ans. » Car avant de s’envoler pour la Belgique, celui que Frédéric Barilaro, son ancien entraîneur chez les moins de 19 ans, aime comparer à Benjamin Pavard pour « son intelligence de jeu et sa technique » avait déjà eu l’opportunité de faire des apparitions en équipe première, du temps de Thierry Henry. « J’arrivais à la fin de mon contrat aspirant, il ne me restait plus qu’une année pour faire mes preuves, se souvient-il. Pendant la saison, Thierry Henry devait faire appel à un arrière droit pour palier à la pénurie de blessures et il a fait appel à moi. » Comme plongé dans un conte de fées, le Varois se retrouve à seulement 18 ans propulser titulaire devant près de 60 000 personnes dans le bouillant Wanda Metropolitano lors d’une rencontre de Ligue des Champions face à l’Atlético Madrid (défaite 2-0 de l’ASM). Quelques semaines plus tard, alors que l’AS Monaco, déjà en grandes difficultés en championnat, est tenu en échec par le FC Lorient en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue, Giulian Biancone, dans le costume du sauveur, arme une frappe pleine de sang froid à l’entrée de la surface de réparation pour envoyer l’ASM en quarts de finale de la compétition. « Ces moments ont été très particuliers pour moi, se remémore l’ancien défenseur central reconverti par Frédéric Barilaro latéral droit chez les moins de 19 ans. J’ai eu beaucoup de mal à réaliser. J’ai pris cela comme du bonus. J’en garde un merveilleux souvenir. »

Doublure de Ruben Aguilar dès cette saison ?

Issu d’une famille de sportifs, « ma mère était nageuse, mon père rugbyman, ma soeur faisait de l’équitation et mon frère du football », Giulian signe sa première licence à l’âge de 5 ans à l’AS Maximoise, avant de s’en aller quelques années plus tard à l’Étoile Fréjus/Saint-Raphaël, club phare dans le Var. Des U12 au U15, le Monégasque d’adoption écume les pelouses de sa région et se frotte aux meilleurs joueurs de sa génération. De quoi attirer l’oeil des recruteurs de l’AS Monaco, pas indifférents au talent du jeune homme. « Depuis tout jeune, je ne pense qu’au football. Je vis pour ça, clame-t-il. Je ne me voyais pas faire autre chose. Alors quand l’AS Monaco m’a contacté… » À ses quinze ans, l’aventure sur le Rocher est lancée. Giulian Biancone rejoint la Principauté avec des rêves plein la tête. « Mon objectif à toujours été de m’imposer à Monaco. Je veux réussir avec ce club. Je ne me laisse aucune autre issue. » Après une saison prometteuse à Bruges et l’arrivée d’un nouveau staff dans le sillage de Niko Kovac, le prometteur défenseur a les cartes en mains pour s’imposer dès cette saison dans la rotation. Mais la concurrence promet d’être féroce, avec notamment la présence de Ruben Aguilar et celle encore incertaine de Djibril Sidibé, de retour après un prêt à Everton. « Les prochaines semaines vont être décisives pour lui, témoigne Frédéric Barilaro, à l’origine de son replacement à droite et qui l’a eu sous ses ordres pendant deux saisons chez les dix-neuf. Giulian a le potentiel pour s’imposer ici. Il est grand (1m87), puissant, rapide. Il doit encore progresser défensivement, ce qu’il a réussi à faire avec Bruges la saison dernière, tout en conservant ses qualités offensives et sa capacité à répéter les efforts, analyse l’entraîneur des U19 de l’ASM. Pour la formation, Giulian est un excellent exemple, qui a réussi à avoir le déclic au bon moment, malgré un parcours pas forcément tout tracé. C’est un vrai plus pour nous. Dans la vie, c’est un super gamin, avec une très bonne mentalité (lors de notre entretien qui était prévu à 12h30 mercredi dernier lors du stage de l’ASM en Pologne, Giulian est arrivé en avance, déjà prêt à répondre à nos questions, ndlr). Il a selon moi toutes les qualités pour réussir en Ligue 1. » Et s’imposer comme l’un des fleurons de la formation monégasque ?

Giulian Biancone devant l’ancien monégasque Thomas Lemar lors d’une rencontre de Ligue des Champions face à l’Atlético Madrid.

*L’AS Monaco est propriétaire du Cercle Bruges depuis mai 2017.