Depuis le 30 octobre, les grands aéroports français ont adopté une nouvelle procédure : un test antigénique en quelques minutes. Une obligation et un gain de temps considérable pour les passagers.

Exit le test PCR et ses 24h d’attente. Si dans le fond, le dépistage du Covid-19 est le même, dans la forme les longues heures d’attente pour les résultat ne seront plus qu’un lointain souvenir. Le 20 octobre, le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari a annoncé l’instauration de ces tests sur la plateforme niçoise. Avant d’ajouter que les passagers « à l’arrivée des pays rouges » –les régions les plus frappées par le virus– seraient soumis au même test. De son côté, Franck Goldnadel, président d’Aéroports de la Côte d’Azur a assuré à nos confrères de Good Morning Business : « La problématique qui est la nôtre, est d’unifier cette procédure de tests à tous les aéroports européens, voire mondiaux, pour espérer voir le trafic redécoller. »

Un dispositif sanitaire renforcé

Si ce dernier estime une reprise normale du trafic en « 2023-2024 », l’aéroport Nice Côte d’Azur a pour priorité absolue la sécurité de ses passagers. C’est d’ailleurs pourquoi de nombreuses actions ont été mises en place pour renforcer la qualité sanitaire des terminaux. Entre robot émettant une lumière ultra-violette pour éliminer les virus en suspension, réseau de ventilation, signalétique, parois en plexiglass et bornes de distribution de gel hydroalcoolique, les terminaux niçois sont équipés.