Malgré un trafic passagers en net repli de 68,4 %, l’aéroport Nice Côte d’Azur sort renforcé de l’année 2020. Entre travaux de modernisation, nouveaux dispositifs de pilotage des activités, politique sanitaire jugée exemplaire et engagements environnementaux, il apparaît comme un aéroport du futur.

Suite à une crise sanitaire et économique liée à la Covid-19, trois mots résument les actions menées par le troisième aéroport de France le plus fréquenté : adaptation, anticipation et mobilisation. L’aéroport a su faire preuve d’agilité pour répondre aux nouveaux impératifs. D’abord en mettant en œuvres les différents gestes barrières (mise à disposition de gel hydroalcoolique, installation de purificateurs d’air et de surface…).

Puis, en mettant en place les infrastructures pour la pratique de tests PCR et antigéniques. Autant de mesures saluées par le ministre du Transport et qui ont permis à l’aéroport de s’engager auprès de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) afin de montrer la voie.

2020 ne sera pas une année à oublier, mais à marquer d’une pierre blanche, car elle aura permis à la plateforme de se projeter dans l’avenir en dessinant les contours de ce que devra être un aéroport demain.

Franck Goldnadel, président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur

Un trafic en net repli

En novembre dernier, Franck Goldnadel, président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur confiait à Monaco Tribune : «Le trafic ne devrait pas retrouver son niveau de 2019 avant 2024. » Aujourd’hui, les chiffres ne vont pas contre ce présage. Le trafic a enregistré un recul de 68,4%, à 4,58 millions de passagers. Quant aux activités d’aviation générale, le repli est de 31,7%.