Un an jour pour jour après le début de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 en Principauté, le Prince Albert II a accordé un entretien à Monaco Info, ce mercredi soir, lors d’une émission spéciale. Extraits.

Une pandémie qui dure

À la question de savoir s’il s’attendait à une crise si longue, le Prince Albert II a confié que « c’était une maladie que l’on ne connaissait pas, une situation inédite » et que cette crise ne durerait que « quelques mois. » Un an après, le virus circule toujours. « Quand on n’a pas de projection dans l’avenir, à court ou à long terme, c’est un petit peu angoissant et très dérangeant. Je comprends la frustration de beaucoup de personnes et cette envie de retrouver un semblant de normalité. »

Une Principauté indépendante face à la crise…

Face à la réussite de Monaco face à la crise, le Souverain a tenu à souligner la qualité des ses établissements hospitaliers, tout en louant « la coordination entre les différents services, les professions de santé, les associations et la force publique. » Une mobilisation importante pour « l’intérêt commun » qui a « prévalu dans toutes les dispositions que nous avons pu prendre. » A propos des aides et des mesures proposées par l’Etat, le Prince Albert II a confirmé que qu’elles avaient permis de « maintenir une économie à peu près satisfaisante. »

… parfois décriée par ses voisins

Pointé du doigt par les Alpes-Maritimes fin 2020 quant au maintien de l’ouverture des bars et des restaurants en Principauté, le Prince Albert II a répondu « que la situation sanitaire » de la Principauté « était favorable », ce qui a « permis une activité économique » contrairement à la région voisine, « car leur situation sanitaire ne le permettait pas. » Le Souverain a également précisé qu’il avait pu s’entretenir avec Christian Estrosi, et que « tout cela va rentrer dans l’ordre très vite » et qu’il n’y a « aucune animosité. »

Une chance unique pour l’environnement

Bénéfique pour la nature, le premier confinement a-t-il été précurseur d’un changement de mentalités ? « Des constats ont été faits sur la résilience de la nature. S’il y a moins d’impact humain, la nature reprend ses droits. » Pour le chef d’Etat, « nous avons une opportunité extraordinaire », celle de « repartir sur un nouveau mode de fonctionnement » en faisant « entrer la durabilité et la lutte contre différentes pollutions nocives » dans nos habitudes. « Profitons de cette sortie de crise pour faire la part belle à l’innovation technologique. »

Une relance encore difficile à dessiner

Sur la question économique, le Prince Albert II a précisé qu’il ne « faut pas que cette crise dure trop longtemps, au delà de cette année. » En pleine réflexion avec le Gouvernement sur des pistes de sortie de crise, le Souverain a affirmé qu’il fallait « se préparer à ce que ça ne soit pas dans un avenir immédiat. » Au sujet d’un éventuel confinement, le message est clair : « ce n’est pas une bonne chose, on sent que le gens ne veulent pas en entendre parler. Nous allons tout faire pour ne pas arriver à cette situation. »