Notre série d’articles pour la Journée internationale des droits des femmes nous emmène d’abord à la rencontre d’une association qui agit depuis 2011. Pour She Can He Can, la recherche de l’égalité concerne autant les hommes que les femmes.

D’abord créée sous le nom de Gender Hopes, l’association a consacré ses débuts à combattre les violences conjugales à Monaco. À cette période, on ne parlait encore que très peu de ce sujet. Quand les entités gouvernementales comme le Comité Droit des Femmes a été créé et que le sujet a pris de l’ampleur en Principauté, She Can He Can s’est détachée de ses ambitions premières. “Pour moi, les violences conjugales sont la somme de toutes les discriminations qui ont lieu bien avant donc on a voulu s’attaquer au début” souligne Vibeke Brask Thomsen, présidente de l’association.

Tant qu’on n’est pas tous égaux la journée du 8 mars doit exister, mais dans un monde parfait elle n’existerait pas.

Vibeke Brask Thomsen, présidente de l’association She Can He Can

Tout commence par l’éducation 

Pour s’attaquer au fond du problème, She Can He Can veut éduquer les esprits des enfants, mais aussi des adultes. Dans ce but, l’association organise des ateliers dans les écoles et dans les entreprises sur la diversité, l’inclusion et les stéréotypes.

Pour la troisième année consécutive, des clubs de lecture ont lieu pour les enfants de 8 à 11 ans. “Quand une de mes filles était au CE2, elle avait 15 petites histoires à lire avec aucun personnage de couleur et seulement deux femmes”, c’est face à ce constat que la fondatrice de l’association a voulu créer un endroit où on lit des livres divers avec des personnages de minorité.

>> À LIRE AUSSI : Le combat continue pour les droits des femmes à Monaco

La précarité menstruelle : un combat récent

Souvent jugé comme secondaire, ce combat est important pour l’association She Can He Can qui a lancé le Red Box Project. “Quand un homme va aux toilettes publiques, il aura tout ce qui répond à ses besoins”, cette initiative vise à casser le tabou autour des menstruations et à encourager les institutions, les écoles et même les entreprises à fournir des protections gratuitement. 

Des dates clés

Plusieurs dates sont importantes dans le travail de l’association, c’est le cas du 25 novembre. She Can He Can a beaucoup travaillé sur la campagne de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, avec Fight Aids Monaco. Plus de 120 hommes, à l’instar de Louis Ducruet, ont prêté leur visage à cette campagne. On pouvait voir des messages comme “un vrai mec ne bat pas sa femme”. 

She Can He Can Monaco (1)
La campagne de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes © She Can He Can

Chaque année, l’association célèbre la Journée internationale de la fille qui a lieu le 11 octobre en invitant les élèves des lycées à rencontrer les déléguées du Conseil National pour comprendre l’importance des femmes en politique.

Quid de 2021 ?

Avec l’incertitude sur les dates, on ne va rien prévoir pour cette année”, la crise sanitaire a chamboulé quelques projets de l’association. Mais, un des aspects les plus complexes reste l’impossibilité de faire des événements et donc de lever des fonds. “Il y a des aides fournies aux entreprises, mais pas aux associations » souligne Vibeke Van Thomsen. D’où l’importance de soutenir She Can He Can en cette année particulière.