Après 22 ans de service à la présidence, le directeur de l’agence immobilière de luxe, Dotta Immobilier, a décidé de ne pas se représenter aux élections de cette année.

Pour Michel Dotta, son rôle est accompli. « Je suis content d’arrêter. J’ai énormément travaillé et j’ai le sentiment d’avoir bien fait le boulot » a-t-il confié dans les colonnes de Monaco-Matin, cette semaine.

Cela fait depuis 1999 qu’il est réélu à la présidence de la Chambre Immobilière Monégasque (CIM). Durant ces années de travail, il a su apporter un réel changement mais surtout une amélioration apparente à la CIM. « La Chambre était totalement inconnue. Il y avait 50 agences seulement, alors qu’on est 86 aujourd’hui. » Des membres qui ont augmenté et qui, ensemble, ont eu un réel impact dans la Principauté. « On a été intégré partout. Aujourd’hui, la Chambre est consultée de façon permanente par le gouvernement et le Conseil national, ça évite des erreurs, c’est du pragmatisme ».

Néanmoins, ce départ n’est pas spontané et la situation sanitaire lui a permis de s’adonner à la réflexion. « Il y a trois ans déjà, j’avais dit à mes collaborateurs de se préparer à mon départ. Et puis il y a eu le Covid et on m’a dit qu’on avait besoin de moi. »

Un soutien encore présent auprès de la Principauté et ses résidents

Avant de quitter son poste, Michel Dotta souhaite que l’accroissement des travaux en Principauté se modère. Tout comme une bonne partie des résidents à Monaco, il est atteint par les nuisances sonores et visuelles de ces activités. « Cool down sur les travaux. Quand on refait le port ou le Larvotto, ça a un intérêt social et c’est génial. Mais il y a des endroits où il y a des grues depuis deux ans pour des opérations de particuliers. J’en entends tous les matins, ça ne peut plus durer. C’est invivable, un enfer. »

Travel Club Monaco

Bien qu’il quitte la présidence de la CIM, Michel Dotta poursuit son implication dans la Principauté. En effet, il continue d’exercer sa fonction de Président auprès de Monaco Economic Board.