Nous avons discuté avec le cofondateur de Netflix à propos du cinéma européen, de l’avenir de l’industrie et des raisons pour lesquelles il pense que le Monaco Streaming Festival est dans l’ère du temps.

L’industrie a parcouru un long chemin depuis que Netflix envoyait des DVD par courrier à ses clients. Pourtant, vingt ans plus tard, Mitch Lowe est toujours à la pointe de l’innovation. « Je pense que c’est une période de Renaissance pour les arts » dit-il lorsque nous nous rencontrons avant le début du Monaco Streaming Film Festival, dont il est le codirecteur. Le festival est entièrement consacré aux contenus en streaming – une première pour le secteur. « Parce que les outils pour créer de l’art, des médias, de la littérature sont tous si facilement accessibles. »

Après avoir abandonné ses études secondaires, puis quitté Netflix, Mitch Lowe a poursuivi son parcours en tant que fondateur de start-up cinématographiques, développant notamment Redbox et MoviePass, un service d’abonnement aux salles de cinéma.

Je trouve très surprenant que personne ne l’ait fait avant.

Parlez-nous du tout nouveau festival du film de Monaco. Pensez-vous qu’il a mis du temps à voir le jour ?

En fait, je trouve très surprenant que personne ne l’ait fait avant, que personne n’ait compris ce changement de la façon dont nous consommons le divertissement. Donc oui, je pense qu’un festival comme le nôtre est quelque chose qui a tardé.

Travel Club Monaco

Diriez-vous que vous êtes un rival de Cannes ?

Pas exactement. Je pense vraiment que l’industrie du divertissement est lente à s’adapter. Ce que nous faisons ici à Monaco est l’avenir. Essayer d’attirer les gens à Cannes est un peu dépassé. Mais plutôt qu’un rival, le Monaco Streaming Festival pourrait être un complément à la Croisette. Notre festival se déroule une semaine avant Cannes, je pense donc qu’il sera un excellent complément et un leader pour l’avenir.

Personnellement, je suis davantage intéressé par les intrigues étrangères.

Comment pensez-vous que l’industrie cinématographique va changer ?

Nous devons reconnaître qu’à mesure que nos capacités d’attention se réduisent, il existe d’autres moyens de créer des histoires qu’un film de deux heures, ou même qu’une série d’épisodes de 30 minutes. Les histoires peuvent être racontées par une séquence de clips TikTok ou de clips YouTube. Snapchat propose déjà des épisodes de cinq minutes. Je sais également que TikTok souhaite apprendre à ses créateurs de contenu comment raconter des histoires. Il y a sans aucun doute un changement dans l’industrie.

À quoi ressembleront les scénarios du futur ?

Je pense qu’avec le temps, nous construirons encore de longues histoires qui vous feront tomber amoureux des personnages, mais elles seront racontées en petites bouchées – presque comme les clips que vous regardez sur Facebook. C’est précisément la raison pour laquelle j’étais enthousiaste à l’idée de travailler avec Tony et Carmen (cofondateurs du festival, ndlr). Le Monaco Streaming Festival est une reconnaissance du fait qu’il existe toute une gamme de contenus en streaming qui va dominer à l’avenir.

Nous avons créé chez Netflix une culture qui incitait les gens à innover et être à l’aise avec l’échec, ce qui leur permettait d’expérimenter et d’innover face à la concurrence.

Maintenant que le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’UE, les plateformes de streaming européennes devront s’adapter aux lois européennes, qui exigent que 30 à 60 % de leur contenu soit européen. Pensez-vous que nous sommes en train d’assister à une évolution culturelle qui délaisse les contenus anglophones ?

Personnellement, je suis davantage intéressé par les intrigues étrangères. Je pense qu’elles sont beaucoup plus originales. Les séries américaines sont tellement prévisibles. Les scénarios européens, je les trouve juste incroyablement fascinants. En ce qui concerne les plateformes de streaming, je ne travaille plus chez Netflix et je ne peux donc pas parler en leur nom. Mais il y a eu une énorme tendance à la diversité chez eux. Il y a eu un grand changement au sein de l’exécutif ces dernières années, qui se concentre désormais sur l’intégration de davantage de contenus locaux dans l’offre. Netflix soutient la réalisation de films en Amérique latine, en Europe et en Asie et va faire beaucoup plus. Je ne pense pas qu’ils aient eu besoin des nouvelles règles européennes pour les pousser à faire cela. C’est ce qu’ils voulaient faire de toute façon, car avoir plus de contenu local est un moyen de mieux servir la communauté.

Antoine de Saint-Exupéry, l’auteur du Petit Prince, était, croyez-le ou non, un incroyable conseiller commercial. Il a dit un jour : « si vous voulez que votre équipe construise un navire, faites en sorte qu’elle ait envie du grand large ».

Se lancer dans l’industrie peut être très intimidant. Pourquoi pensez-vous avoir réussi ?

Je pense que nous avons créé chez Netflix une culture qui incitait les gens à innover et être à l’aise avec l’échec, leur permettant d’expérimenter et d’innover face à la concurrence. La concentration est aussi essentielle. Le co-PDG nous disait toujours de faire la seule chose que nous faisions mieux que quiconque. Si nous avions fait trois ou quatre choses différentes, je ne pense pas que nous aurions eu autant de succès. Prenez la publicité. Des gens nous offraient des millions de dollars pour faire de la publicité, mais nous avons toujours refusé parce que nous voulions rester concentrés sur le client et le produit.

Comment encourager cette créativité ?

Vous ne dites pas aux gens comment faire quelque chose, vous leur dites ce que vous voulez accomplir. Antoine de Saint-Exupéry, l’auteur du Petit Prince, était, croyez-le ou non, un incroyable conseiller commercial. Il a dit un jour : « si vous voulez que votre équipe construise un navire, faites en sorte qu’elle ait envie du grand large. » En d’autres termes, inspirez votre équipe à faire ce que vous voulez faire, plutôt que de lui dire comment faire. Excitez-les à l’idée, et ils trouveront comment construire le plus incroyable des navires. Si vous parvenez à inspirer votre équipe et à ne jamais la microgérer, elle produira des innovations exceptionnelles.

>> À LIRE AUSSI : Monaco Streaming Film Festival : quatre choses à retenir