Arrivé cet été sur le Rocher en provenance du FC Barcelone, le meneur international français s’est confié pour Monaco Tribune, à l’approche du début de la saison.

Amené à remplacer Dee Bost à la mène dans le cinq de départ, Léo Westermann (29 ans) a rejoint la Roca Team avec l’ambition de briller collectivement, alors que l’AS Monaco Basket s’apprête à disputer l’Euroligue pour la première fois de son histoire. Interview.

Pourquoi avoir fait le choix de rejoindre la Roca Team ?

Pour le défi, qui est immense ! Je suis heureux de rejoindre une équipe qui gravit les échelons à vitesse grand V et qui bénéficie d’un certain statut après sa victoire en Eurocoupe. C’est une équipe qui a aussi des choses à prouver après la très belle saison qu’elle vient de traverser.

Après deux saisons à Fenerbahçe et une au FC Barcelone, c’est la présence de l’AS Monaco Basket en Euroligue qui a motivé votre choix ?

Travel Club Monaco

Oui et non. Bien sûr, j’avais envie de rester dans la reine des compétitions européennes. Mais après deux années compliquées pour moi, j’avais surtout envie d’avoir de nouvelles responsabilités, dans un club où je me sens désiré. L’appel de Zvevdan Mitrović a été important dans ma décision. Le fait que le club et le staff s’intéressent à moi me donne confiance. Je suis venu dans l’optique de trouver de la stabilité, dans un club attractif. Je n’ai entendu que du bien de la Roca Team, que ce soit des salariés du club, du staff ou des joueurs.

Tout le monde est déjà très investi, ça fait plaisir.

Comment s’est déroulé votre intégration dans le groupe ?

C’est encore un peu tôt pour faire un premier bilan. Mais mes premières impressions sont bonnes. Tout le monde est déjà très investi, ça fait plaisir. Toute l’équipe est motivée. L’alchimie va se former au fur et à mesure, quand tous les joueurs seront là. Mais l’envie et l’engouement sont là.

Le stage de préparation en Italie n’est pas trop dur ?

(Sourire) C’est fait pour ça ! On est coupé du monde, dans notre bulle, on puise dans nos ressources. Le staff médical est très performant. On récupère bien après les entraînements. C’est de bon augure pour la suite.

Zvevdan Mitrović ? Un entraîneur qui arrive à tirer le meilleur de ses joueurs.

Un mot sur le coach, Zvezdan Mitrović ?

C’est un entraîneur que je connaissais depuis longtemps. Après mon passage au CSKA Moscou, j’ai eu la chance de pouvoir m’entraîner à l’ASVEL en attendant de retrouver un club. Zvezdan y était à cette période. J’ai pu découvrir ses méthodes. C’est un entraîneur qui arrive toujours à tirer le meilleur de ses joueurs et de ses équipes. J’étais excité à l’idée de jouer pour lui.

Quelles sont les ambitions affichées par la Roca Team cette saison ?

En championnat, on se sait attendu. L’objectif est clair, on veut jouer les premiers rôles et lutter pour le titre de champion de France. En Euroligue, c’est différent. Nous sommes un peu le petit poucet de la compétition. Nous aurons moins de pression que certaines autres équipes. On s’attend à souffrir, mais on va donner le maximum pour briller dans cette compétition. On veut montrer que l’AS Monaco Basket peut bien figurer dans la plus prestigieuse des compétitions européennes.

L’équipe de France, vous y pensez ?

Honnêtement, pas trop. J’essaye de me concentrer sur mon club. Si ça doit venir, tant mieux. Sinon, vous pouvez être sûr que je serai toujours le premier supporter des Bleus !

> À LIRE AUSSI : Oleksiy Yefimov, architecte inspiré de la Roca Team

>> À LIRE AUSSI : Portrait – Zvezdan Mitrović et la Roca Team, une relation étroite et indéfectible