Directeur exécutif de l’AS Monaco Basket depuis 2015, Oleksiy Yefimov a contribué au développement express de la Roca Team, de la Pro B jusqu’à l’Euroligue la saison prochaine. Homme de confiance du président Sergey Dyadechko, cet ukrainien est un homme passionné, travailleur acharné, promis à un brillant avenir dans le basket-ball. Portrait.

En avance, Oleksiy l’a toujours été. Mais si le talent n’a pas d’âge et que les compétences peuvent parfois combler un manque d’expérience, la jeunesse a parfois ses limites, face aux vieux loups de la profession. Surtout quand elle sort de l’ordinaire.

« Quand je traitais avec des agents de joueurs ou des joueurs eux-mêmes, j’essayais toujours de trouver un accord avant notre première rencontre en personne, raconte-t-il. Au téléphone, il est difficile de connaître l’âge d’une personne. Mais lorsque vous voyez en face de vous un jeune homme et que vous êtes déjà un agent ou un avocat expérimenté, vous essayez toujours de prendre le dessus. »

Au début, Sergey avait quelques doutes à cause de son âge. Mais il a très vite changé d’avis en voyant que le club allait dans la bonne direction. 

Saša Obradović

Ce refrain permanent sur sa jeunesse ? Le diplômé de l’Institut polytechnique de Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine, en a rapidement pris l’habitude. Jusqu’à en faire sa marque de fabrique. En 2007, promu manager du BC Kyiv (le géant du basket-ball ukrainien de l’époque) à seulement 21 ans après avoir été successivement attaché de presse du club et directeur du marketing, Oleksiy Yefimov va faire une rencontre déterminante. Celle de Saša Obradović.

Oleksiy Yefimov, Sergey Dyadechko, destins liés

« Je me souviens qu’il voulait tout apprendre du basket-ball, confie celui qui a occupé le poste d’entraîneur de la Roca Team durant la saison 2019-2020. Nous avons traversé ensemble une période difficile, alors que le club était en faillite et que de nombreux joueurs avaient quitté le club. Mais nous avons construit une relation forte, de confiance et de respect. » Alors quand la saison suivante Saša Obradović prend les rênes du BC Donetsk, présidé à l’époque par un certain Sergey Dyadechko, le jeune manager voit son destin basculer.

Sergey Dyadechko (à gauche), Zvezdan Mitrovic (au centre) et Oleksiy Effimov (à droite) : le trio magique de la Roca Team. © AS Monaco Basket

« Au bout d’une saison, j’ai insisté auprès de Sergey pour qu’Oleksiy rejoigne l’équipe. Je savais ce qu’il pouvait nous apporter en tant que directeur général, notamment grâce à son dévouement et son professionnalisme. Au début, Sergey avait quelques doutes à cause de son âge, reconnaît l’entraîneur serbe. Mais il a très vite changé d’avis en voyant que le club allait dans la bonne direction. » Cette année-là, le BC Donetsk termine champion d’Ukraine. « Le niveau de solidarité dans l’équipe était incroyable. »

Parfois, il (Oleksiy Yefimov) mettait plus d’entrain et de motivation que certains joueurs.

Amara Sy

Depuis cette saison, Sergey Dyadechko et Oleksiy Yefimov ne se sont plus quittés. « Cette année, c’est notre dixième année ensemble, sourit le directeur exécutif de la Roca Team. Il est la personne qui m’a donné la chance de travailler au plus haut niveau, à un très jeune âge, en me laissant carte blanche. Chaque jour, j’essaye de lui rendre la confiance qu’il m’a accordée en donnant tout mon coeur, d’abord au BC Donetsk et lors de ces sept dernières années à la Roca Team. »

Bourreau de travail au grand coeur

Une relation étroite qui unit les deux hommes au quotidien. « Il doit être en contact avec le président quinze à vingt fois par jour, sourit Amara Sy, légende de la Roca Team aujourd’hui au Paris Basketball. Oleksiy est quelqu’un qui endosse beaucoup de responsabilité et qui est constamment sous pression, reprend que l’on surnomme l’Amiral depuis son passage sur le Rocher. À l’époque, cela m’avait impressionné qu’un jeune homme gère aussi bien cette pression. »

>> À LIRE AUSSI : La Roca Team sur le toit de l’Europe après sa victoire en Eurocoupe

Réputé pour son goût de l’effort, travailleur acharné, « capable de se mettre minable lors d’une séance de musculation avant d’aller enchaîner les tirs à trois points », Oleksiy Yefimov n’est pas du genre à se laisser aller. « Parfois, il mettait plus d’entrain et de motivation que certains joueurs, se marre Amara Sy. C’est aussi quelqu’un d’extrêmement généreux, respectueux et qui fait tout son possible pour mettre les joueurs dans les meilleures conditions. Et forcément, aujourd’hui, il est une pièce maîtresse du projet et fait partie intégrante de la réussite du club. »

J’ai perdu 10 kg et je me suis dit que je ne reprendrai jamais un poste d’entraîneur dans ma vie.

Oleksiy Yefimov

Passionné de sport – il pratique le vélo, la natation, la boxe, le tennis et s’entraîne régulièrement avec sa femme, ancienne gymnaste rythmique – ce père de famille s’apprête à s’attaquer à son plus grand défi : celui de bâtir une équipe compétitive pour faire bonne figure en Euroligue la saison prochaine. « Un défi énorme et difficile, souligne celui qui a été à l’origine des arrivées de Mathias Lessort et Rob Gray, deux artisans majeurs de la magnifique saison de l’AS Monaco Basket. Mais nous allons travailler dur pour atteindre ce niveau. »

>> À LIRE AUSSI : À la découverte de Mathias Lessort, pivot de l’AS Monaco Basket

Ancien reporter de Sports Express, le plus grand quotidien sportif russe, qui a aussi connu une expérience d’entraîneur – « j’ai perdu 10 kg et je me suis dit que je ne reprendrai jamais un poste d’entraîneur dans ma vie » – en plus de ses postes de manager, Oleksiy Yefimov a déjà parcouru un immense chemin malgré son jeune âge. Pas de quoi surprendre Saša Obradović. « À Monaco, j’ai retrouvé un homme mûr, adulte, encore plus sérieux, avec une grande réputation dans le basket européen. » À 35 ans, l’avenir lui appartient.

>> À LIRE AUSSI : Portrait – Zvezdan Mitrović et la Roca Team, une relation étroite et indéfectible