Le résident monégasque et propriétaire de l’OGC Nice veut développer une énergie propre pour décarboner le secteur industriel.

Ineos se met au vert. Le groupe pétrochimique britannique compte investir plus de deux milliards d’euros dans la production d’hydrogène vert zéro carbone en Europe. L’annonce a été faite ce lundi 25 octobre : les premières usines devraient voir le jour dans les dix prochaines années en Norvège, en Allemagne et en Belgique. Des investissements en France et au Royaume-Uni seraient également envisagés.

Des retombées écologiques…

L’intérêt premier de ce renouveau énergétique est bien entendu la protection de l’environnement. Ces usines pourraient réduire l’empreinte carbone de 22 000 à 120 000 tonnes par an. Des chiffres qui restent néanmoins en deçà des millions de tonnes de CO2 générées par l’industrie pétrochimique.

L’hydrogène est produit par l’électrolyse de l’eau avec de l’électricité d’origine renouvelable (soleil ou éolien), et peut servir dans les transports ou en tant que gaz de ville, d’où le terme ‘hydrogène vert’.

Les premiers effets devraient être évalués prochainement : déclaré déjà bien avancé, le projet norvégien devrait être achevé entre 2023 et 2024. Il faudra en revanche compter une année supplémentaire pour l’Allemagne. La Belgique, quant à elle, n’a pas encore de date définie, même si le groupe de Jim Ratcliffe s’est fixé comme objectif d’atteindre le zéro net d’ici 2050 dans le pays.

>> À LIRE AUSSI : L’hydrogène vert et la navigation de plaisance : quelles tendances en Principauté ?

… et économiques !

Bien entendu, au-delà de l’avantage environnemental que représente ce projet d’envergure, l’avantage pourrait aussi être d’ordre économique.

Bien que le groupe n’ait pas encore apporté de précisions sur le nombre exact de postes, de nouveaux emplois devraient être créés avec l’ouverture de ces usines en Europe.

Le secteur de l’hydrogène vert pourrait enfin se révéler porteur, puisque le groupe Ineos devrait investir dans un nouveau fonds, prochainement coté à la Bourse de Londres : HydrogenOne Capital Growth.

De quoi renforcer un peu plus le groupe, qui est aujourd’hui le plus grand opérateur européen d’électrolyse grâce à sa filière Inovyn.

>> À LIRE AUSSI : Jim Ratcliffe, première fortune du Royaume-Uni, pose ses valises en Principauté