L’IMSEE a publié un rapport le 31 décembre dernier, consacré à l’Aide Publique au Développement.

Membre de l’ONU depuis 1993, Monaco est engagée depuis les années 2000 dans la lutte contre la pauvreté, grâce à l’Aide Publique au Développement (APD). Cette aide financière, sous forme de subvention et sans contrepartie, vise à développer plusieurs axes stratégiques dans des pays précis. Dans son dernier rapport, l’IMSEE s’est penché sur la période 2018-2020.

En progression constante depuis 2016, l’APD a atteint en 2020 la somme de 22 millions d’euros. Un chiffre élevé, majoritairement dû à la crise sanitaire, qui a exacerbé les difficultés des pays en développement. Entre 2018 et 2020, ce ne sont pas moins de 58,3 millions d’euros qui ont été générés en tout, soit 500 euros par an et par habitant.

© IMSEE

En trois ans, 5,6 millions d’euros d’aide d’urgence ont été alloués à 96 crises

Des objectifs atteints à 90%

Cela représente une aide pour plus de 2,4 millions de personnes, réparties dans 11 pays : l’Afrique du Sud, le Burundi, Madagascar, le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal, le Niger, le Liban, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie.

Ce plan stratégique 2018-2020 représentait 14 objectifs, répartis dans quatre domaines : la santé, la sécurité alimentaire, l’éducation et l’insertion socio-économique. Ces objectifs ont été atteints à 90%.

En parallèle, la période a fait face à des crises majeurs, comme la pandémie de Covid-19 ou l’explosion du port de Beyrouth. En trois ans, 5,6 millions d’euros d’aide d’urgence ont été alloués à 96 crises. En 2020, plus de 95% du budget était consacré à la crise sanitaire. Une aide exceptionnelle de 4 millions d’euros a aussi été débloquée cette même année, pour soutenir les vallées sinistrées par la tempête Alex.