À 33 ans, Mikaël Barelaud-Eludut est un graphic designer réputé pour ses créations artistiques qu’il poste régulièrement sur son compte Instagram. À l’origine de nombreuses réalisations pour des marques mondialement connues mais aussi des entités monégasques, ce passionné d’art s’apprête à prendre la direction artistique de sa propre agence : Office Mikado. Découvrez ici le nouveau portrait de notre série consacrée aux entrepreneurs de Monaco.

Lui ne prenait pas le FC Barcelone ou le Real Madrid, ni même l’AS Monaco. Sur la célèbre licence Pro Evolution Soccer (PES), principal concurrent de FIFA dans la gamme des jeux vidéo de football, Mikaël passait ses soirées sur le mode édition, qui permettait de refaire logos et autres maillots des équipes du jeu.

Une vocation est née à Dallas

« Beaucoup de clubs n’avaient pas leur licence dans le jeu, donc je reproduisais les maillots et les logos et je faisais tourner la carte mémoire dans tout le quartier », sourit celui qui s’amusait également à dessiner les personnages des Simpson avec des maillots de football sur les épaules. Homer et Bart supporters de l’AS Monaco ? Oui, oui, vous ne rêvez pas.

Façonné par Mickaël Barelaud-Eludut, ce panier de basket a été adoubé par Kylian Mbappé

Arrivé à Monaco à l’âge de cinq ans avec sa famille en provenance de Limoges, Mikaël Barelaud-Eludut a grandi en Principauté dans un logement social des Moneghetti. Une enfance modeste mais heureuse. « Ma mère travaillait à la prison de Monaco. Financièrement, ce n’était pas toujours facile. »

LIRE AUSSI : Benoit Biancheri, Olivier Blanchy, Arnaud Sbarrato, la triplette gagnante de The Office

Une phrase raisonne alors régulièrement dans sa tête. « Le travail paye toujours. » Après avoir fait son lycée en Principauté et décroché une mention « très bien » lui permettant d’obtenir une bourse – « une vraie chance » – Mikaël prend alors la direction des États-Unis. Et de Dallas, au Texas. « L’Amérique profonde, plaisante-t-il. C’était dépaysant. Mais je m’y suis plu. » Au point d’y rester deux ans. Et de trouver sa vocation.

L’une des fameuses « Grenades » de l’artiste

Il faut dire qu’elle était déjà toute trouvée, cette vocation. « C’est là-bas que le graphic design est devenu sérieux. J’ai persévéré. J’ai voulu en faire mon métier. » De retour à Monaco, ce passionné de Formule 1, d’architecture et d’art contemporain n’a qu’un objectif : réaliser un portfolio. « J’ai travaillé presque gratuitement pendant deux ans à mon compte, se remémore-t-il. Et puis j’ai été repéré. »

Une forte communauté sur les réseaux sociaux

Le talent ne reste jamais bien longtemps dans l’ombre. Le groupe Del Monte, leader mondial dans la production d’aliments en conserve, lui propose de rejoindre le siège européen, basé à Monaco. Pendant cinq ans, c’est lui qui design les conserves. Les ananas en tranches ? Oui, c’est lui. « En parallèle de tout ça, Instagram a commencé à se démocratiser. »

LIRE AUSSI : « EatIn Monaco, c’est mon bébé »

Véritable acharné de travail, capable de ne pas dormir ou presque – « si je dors six heures c’est du luxe » – Mikaël Barelaud-Eludut publie ses créations artistiques personnelles sur son compte. Ce qui ne laisse pas indifférent d’autres comptes, plus importants. Aujourd’hui, « Mikadololo » compte pas moins de 23,5 k abonnés.

Un réseau qui lui permet de dénicher des clients, d’abord locaux, puis de plus en plus prestigieux. Moncler, Puma, Nike. Des collaborations qui se multiplient et qui destinent le résident monégasque à ouvrir sa propre entreprise. D’abord consultant pour The Office Communication, ce jeune père d’une petite fille de 20 mois s’apprête à prendre la direction artistique de l’entreprise de communication rebaptisée « Office Mikado ».

LIRE AUSSI : Marion Soler : « Être présidente de la Jeune Chambre Économique de Monaco, c’est déroutant mais passionnant »

Une première consécration pour celui qui rêve d’ouvrir un jour une galerie d’art en Principauté. « Pas pour me mettre en avant personnellement mais pour exposer les oeuvres de jeunes artistes que je suis sur les réseaux sociaux et qui méritent d’être connus. » Attaché à Monaco, Mikaël Barelaud-Eludut ne se voit de toute façon plus partir. « J’ai tellement de chance. Quand tu pars, tu te rends compte à quel point tu es dans la plus belle région du monde. » Paroles d’un artiste accompli.