Brève

Les Ballets de Monte-Carlo se mobilisent pour l’Ukraine

Jean-Christophe Maillot
Jean-Christophe Maillot

Le Directeur Artistique Jean-Christophe Maillot a également annoncé la suspension temporaire de l’un de ses spectacles au Théâtre Bolchoï de Moscou.

Les actions de soutien ne s’arrêtent pas en Principauté. Les Ballets de Monte-Carlo ont témoigné leur solidarité envers le peuple ukrainien il y a deux jours sur leurs réseaux sociaux. L’institution a mis en place trois actions : une aide matérielle, un soutien humain et une aide financière.

LIRE AUSSI : Le Prince Albert II souhaite accueillir des réfugiés ukrainiens en Principauté

La compagnie a ainsi mobilisé un véhicule et un membre de son personnel pour acheminer du matériel jusqu’à la frontière ukrainienne. Les membres et danseurs ont d’ailleurs donné de la nourriture, des produits pour bébé, des lits enfants, des produits d’hygiène et des médicaments.

La compagnie a également accueilli un jeune danseur ukrainien de 15 ans qui venait de fuir le pays, tandis que l’Académie Princesse Grace a accueilli trois élèves ukrainiens âgés de 13 à 17 ans.

Enfin, l’intégralité de la recette de la Première du spectacle Œil pour Œil, présenté le 28 avril prochain au Grimaldi Forum, sera entièrement reversée à la Croix-Rouge en faveur de l’Ukraine.

LIRE AUSSI : Ukraine : la Croix-Rouge monégasque appelle aux dons

En parallèle, le Directeur Artistique des Ballets, Jean-Christophe Maillot, a annoncé la suspension temporaire de l’autorisation de présenter son spectacle La Mégère Apprivoisée au Théâtre Bolchoï de Moscou.

« Indépendamment de cette décision, je tiens à faire part de mon profond attachement à tout le personnel et particulièrement aux artistes chorégraphiques du Théâtre Bolchoï de Moscou avec qui j’ai eu le plaisir de travailler au fil de ces sept années, ainsi que de mon profond respect envers ceux qui ont pris position contre la guerre en Ukraine tel que Vladimir URIN [le directeur du Théâtre russe] lui même !! Cette décision est un geste de solidarité envers lui et les artistes du Bolchoï qui ont besoin aujourd’hui d’être appuyés dans leur prise de position risquée par des actes concrets qui vont au-delà du soutien moral (…) On peut regretter que l’art soit l’otage de la politique mais l’art est politique », a-t-il écrit sur Instagram.