Fleuriste et décorateur du Palais Princier de Monaco depuis plus de trois ans, Kevin Billard est déjà l’un des meilleurs dans son domaine. À seulement 27 ans, il a récemment décroché le titre de vice-champion de France des fleuristes, récompensant une passion immense et viscérale pour une profession qui l’anime depuis son plus jeune âge.

C’est un peu comme un château de sable qui disparaîtrait sous le poids de l’écume. Une sculpture de glace qui fondrait sous la chaleur des rayons du soleil. L’éphémère ou la beauté du présent sans lendemain.

« Je suis un amoureux de l’éphémère, nous explique Kevin Billard, sagement installé dans un restaurant, place du Palais. Ce qui compte pour moi, dans les moments de la vie, qu’ils soient festifs ou tristes, c’est ce moment unique et court dans le temps où l’on se dit « waouh. » »

Un attrait pour la compétition

Figer l’instant et marquer les esprits, tout effacer et repartir d’une page blanche, voilà la devise de ce passionné de fleurs et d’art de table, qui a rapidement pris goût aux réceptions, grâce à ses grands-parents : « Ils avaient ce don pour faire les choses en grand quand ils recevaient. C’est eux qui m’ont transmis cet art de l’esthétique. »

Né sur les bords du lac d’Annecy, dans un décor verdoyant et bucolique, Kevin Billard a ensuite grandi dans le Var, près du Luc. Une enfance bercée par les espaces verts, qui ont façonné son esprit et aiguisé sa sensibilité artistique.

Ce qui compte pour moi, dans les moments de la vie, qu’ils soient festifs ou tristes, c’est ce moment unique et court dans le temps où l’on se dit « waouh« 

Kevin Billard

« Aujourd’hui encore, j’ai ce besoin de nature, admet-t-il. J’ai la chance d’habiter dans un coin de verdure pas très loin du centre-ville de Nice. J’ai besoin d’alterner entre l’urbain et la campagne. »

Kevin Billard 2-min
©FFAF/Inka – Axel Damamme

C’est d’ailleurs sur la Côte d’Azur que Kevin Billard a pris son envol professionnel. Diplômé de la prestigieuse école d’hôtellerie de Cannes, où le métier de fleuriste s’apprend aussi, le jeune fleuriste a écumé les boutiques, après s’être lancé dans la compétition : « J’adore les challenges ! »

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Davide Lewton Brain, petit prince des patins

Diplômé avec succès, Kevin Billard est rapidement attiré par les concours. Une véritable « révélation » pour lui. Après une première finale nationale en 2015, où il se classe huitième, le virtuose de l’éphémère se classe quatrième des championnats d’Europe, en 2018.

L’excellence au service du Palais Princier

Des prestations prometteuses, qui ne passent pas inaperçues : « Mon établissement m’a appelé pour me dire que le Palais Princier cherchait un artisan fleuriste. » L’entretien est un franc succès : « J’ai débuté en décembre 2018, lors des festivités de fin d’année. »

Tous les matins, c’est un honneur de traverser ces grands salons qui ont marqué l’histoire

Kevin Billard

Au sein d’une équipe de cent vingt-cinq artisans réunissant l’excellence dans tous les domaines, Kevin Billard est l’un des deux fleuristes du Palais Princier, en charge de la conception et de l’événementiel.

Kevin Billard 2-min
©FFAF/Inka – Axel Damamme

« Tous les matins, c’est un honneur de traverser ces grands salons qui ont marqué l’histoire, confie-t-il. On veille à ce que les compositions se portent bien et que rien n’a souffert pendant la nuit. » Des fleurs qui, pour la plupart, proviennent de producteurs locaux. Une volonté du Prince Albert II : « On essaye de développer au maximum le marché local. »

LIRE AUSSI : Alexandre Kantorow, le virtuose sans prétentions

Convaincu qu’il restera fleuriste tout au long de sa vie, « j’ai vraiment trouvé ma vocation », Kevin Billard s’est fixé un objectif de taille dans les années à venir : participer au concours des Meilleurs Ouvriers de France. « Mais je me laisse du temps », prévient-il. La patience, un autre de ses nombreux préceptes.