Reportage

A la découverte d’OceanXplorer, le bateau d’exploration qui a fait escale à Monaco

oceanx-monaco-navire-scientifique
Monaco Tribune / Camille Esteve

Le Prince Albert II a visité cet impressionnant navire scientifique.

Publicité

En passant du côté du Quai Rainier III, les 30 et 31 août derniers, peut-être avez-vous remarqué un imposant bateau blanc, sur lequel était juché un hélicoptère bleu électrique. Ce navire de 87 mètres de long, de passage en Principauté et répondant au nom d’OceanXplorer, a pour mission d’accueillir à son bord scientifiques et vidéastes désireux de percer les secrets des fonds marins.

Afin de célébrer l’engagement de longue date entre la Fondation Prince Albert II et l’organisation internationale à but non lucratif OceanX, en matière de recherche océanique, d’éducation et d’efforts de conservation des milieux marins, OceanXplorer s’est accordé une escale à Monaco.

Nous avons eu la chance de visiter cet ancien navire d’assistance aux plateformes pétrolières, racheté par OceanX en 2018 et mis en service en 2020.

Des robots pour explorer les fonds marins

Une fois le pied posé sur le pont, nous faisons connaissance avec deux robots jaunes, entièrement immersibles. Des engins qui peuvent aller jusqu’à 1 000 mètres de profondeur et qui sont équipés pour permettre à leurs passagers de plonger en toute sécurité et de capturer des images qui se révéleront précieuses pour les scientifiques qui les étudieront.

« Les gens qui ont étudié les océans toute leur vie découvrent des choses qu’ils n’avaient jamais vues et ont des révélations », explique Vincent Pieribone, Responsable scientifique et co-PDG d’OceanX.

Une fois à l’intérieur, nous découvrons une structure extrêmement bien équipée sur les plans scientifique et technologique. Et pour cause : OceanXplorer peut accueillir à son bord une quarantaine de scientifiques et vidéastes.

Ces derniers peuvent bénéficier de tout un arsenal de plongée, mais aussi utiliser des robots capables de descendre – pour certains – jusqu’à 6 000 mètres de profondeur. Une salle de contrôle bien équipée – presque digne d’un film de science-fiction – permet de surveiller les opérations sous-marines sur grand écran.

LIRE AUSSI : Découvrez « Tonnerre », le porte-hélicoptère qui a fait escale au Port Hercule

Enfin, les données récoltées par les plongeurs sont observées et analysées dans l’un des quatre laboratoires du navire. Dotés d’un équipement de pointe, ces espaces de recherches sont cruciaux non seulement pour la communauté scientifique, mais aussi pour le grand public, car le but d’OceanXplorer est aussi de sensibiliser au maximum les populations à la protection des océans.

oceanx-laboratoire-monaco
© Monaco Tribune / Camille Esteve

LIRE AUSSI : La Fondation Prince Albert II et la DIMFE lancent un nouvel appel à projets pour la préservation de l’eau

Observer la mer depuis les airs

Après un dédale de couloirs et d’escaliers – où la présence d’un membre de l’équipage est nécessaire si l’on ne souhaite pas se perdre – nous débouchons, en haut du navire, sur l’hélideck. C’est ici que nous pouvons observer de près le petit hélicoptère bleu, qui peut accueillir jusqu’à six passagers et qui peut même se poser sur l’eau grâce à un système de bouées fixées aux patins.

oceanxplorer-helicoptere-monaco
© Monaco Tribune / Camille Esteve

Car parfois, l’observation des espèces marines peut se faire depuis la voie des airs. A noter que le navire reste capable d’accueillir de plus gros hélicoptères à son bord. OceanXplorer utilise donc tous les moyens à sa disposition pour étudier les océans dans la mesure où, comme le rappelle Vincent Pieribone, « 80% des fonds marins ne sont pas encore cartographiés. »

Les scientifiques peuvent d’ailleurs échanger sur leurs découvertes et projets dans la salle de conférence. A leur disposition également, un « media center », équipé de casques de réalité virtuelle – signés Microsoft – qui permettent de projeter des hologrammes en 3D et de mieux se figurer les différents environnements aquatiques.

oceanx-monaco-casque-realite-virtuelle
© Monaco Tribune / Camille Esteve

La visite s’achève sur une dernière zone de contrôle, où nous sommes reçus par le Capitaine Roger. Lui et son équipage y surveillent le bon déroulé des opérations en mer et peuvent même partager les vidéos de leurs dernières explorations, à l’instar de la Mer Rouge et de l’observation de ses coraux.

oceanx-monaco-zone-controle
© Monaco Tribune / Camille Esteve

Le Prince Albert II, en visite

Cette courte escale en terres monégasques était donc une manière, non seulement de célébrer le partenariat avec la Fondation Prince Albert II, mais aussi de rendre hommage à la Famille Princière, pour qui la découverte scientifique et la préservation des écosystèmes marins sont des priorités de longue date.

Le Prince Albert II a d’ailleurs été invité à visiter l’impressionnant navire, aux côtés de son neveu Pierre Casiraghi. « OceanX a pour mission de rendre l’océan accessible au monde entier en soutenant l’éducation et les efforts de conservation, et nous sommes ravis d’avoir la Fondation Prince Albert II de Monaco comme partenaire dans notre travail. Nous sommes honorés de collaborer avec une organisation ayant un si héritage si fort en matière de soutien aux océans et un fort engagement envers notre mission commune. Nous sommes reconnaissants du soutien du gouvernement monégasque et des incroyables océanologues qui découvrent chaque jour les secrets de nos océans », a déclaré Vincent Pieribone.

prince-albert-ii-oceanx-fondation-monaco
© Gaetan Luci / Palais Princier

De son côté, Olivier Wenden, Vice-Président et Administrateur délégué de la Fondation Prince Albert II de Monaco, s’est aussi réjoui de cette collaboration : « Accueillir le navire de recherche OceanXplorer à Monaco est une occasion fantastique de souligner le lien essentiel qui existe, et doit exister, entre science et sensibilisation. Nous sommes fiers de nous associer à OceanX et de partager avec eux un objectif commun, celui d’être des médiateurs et des ambassadeurs pour la science. Découvrir les beautés secrètes cachées dans nos mers et les révéler au grand public à travers des images fortes portant les messages scientifiques est crucial pour mieux éduquer et pour inspirer l’action.  »