Brève

Les Explorations de Monaco : une expédition d’envergure dans l’océan Indien

monacoexplorations-expedition-ocean-indien
Fred Buyle - MonacoExplorations

Deux mois pour récolter un maximum d’informations et sensibiliser à la protection des océans.

Avec un océan moins bien connu que l’espace, il est crucial de développer les connaissances d’un milieu qui représente 70% de la planète. A cette fin, en collaboration avec d’autres organismes internationaux, comme le CNRS, Les Explorations de Monaco sont parties le 3 octobre pour un périple de deux mois à l’ouest de l’océan Indien.

De l’île de la Réunion à l’île Maurice en passant par les Seychelles, le navire « S.A Agulhas II » et son équipage de 170 personnes vont effectuer 13 500km pendant deux mois. Au total, 20 nationalités se côtoient pour mener à bien cette expédition.

Une partie des océans peu connue

L’objectif premier de la « Mission Océan Indien » est de rassembler un maximum de données et d’informations sur l’ouest de l’océan Indien afin de convaincre la communauté internationale de l’urgence climatique et de la nécessité de créer des Aires Marines Protégées (AMP).

Pour cela, des balises monégasques, françaises mais aussi américaines et canadiennes vont être déployées à des points stratégiques pour récolter des informations sur l’état de l’océan. Par exemple, la température de l’eau, la salinité, le pH ou encore la concentration en oxygène sont autant d’informations qui aident à comprendre les réactions produites par le changement climatique et la surpêche.

LIRE AUSSI : AMPN : prendre soin des aires marines protégées de Monaco

En parallèle, des études sur les coraux, le plancton et les microplastiques présents dans l’océan seront effectuées tout au long du voyage et même après dans les laboratoires de Monaco.

Une classe de 20 élèves va également suivre le périple d’une balise tout au long de son voyage. Les élèves ont à tour de rôle signé leur balise. Des visites du navire sont aussi organisées lors des escales pour les classes des îles. « On fait non seulement de la science mais on a aussi un programme éducatif. (…) Une dimension éducative pour en [les jeunes] faire des citoyens avertis pour prendre des décisions plus tard par rapport à la protection de l’océan », a commenté Hervé Claustre, directeur de recherche au CNRS, au micro de Monaco Info.

Plus d’informations : Monaco Explorations