Analyse

Le stade Louis-II, bientôt rénové ? Ce que l’on sait

Stade-Louis-II

Son architecture épurée, sa faculté à épouser le paysage monégasque et sa capacité à accueillir plusieurs infrastructures au sein d’un même bâtiment font du Louis-II un stade unique en Europe et dans le monde. Construite dans les années 1980, l’enceinte sportive pourrait prochainement être remise à neuf, comme l’a demandé le Conseil national début décembre.

Souvenez-vous. C’était le 25 janvier 1985. Après quatre années de travaux, près de 120 000 m3 de béton, 9 000 tonnes de fer et plus de 2 000 tonnes de charpente métallique sur un terre-plein gagné sur la mer, le nouveau stade Louis-II prenait place pour remplacer l’ancien (1939-1985), rasé et laissant place au centre commercial de Fontvieille.

Dès le lendemain de cette date qui restera à jamais gravée dans l’histoire, l’AS Monaco inaugurait sa nouvelle enceinte de la plus belle des manières, avec un succès net (3-0) face au RC Lens. Les années suivantes marquaient le début d’une idylle entre le club et sa nouvelle enceinte.

Un stade aux multiples facettes, berceau du sport à Monaco

Dans son berceau, l’AS Monaco a connu les plus grandes heures de son histoire, sur la scène européenne notamment, avec des victoires mémorables face au Real Madrid (3-1) et Chelsea (3-1) au cours de l’éblouissant parcours des Rouge et Blanc lors de la Ligue des champions 2003-2004.

L’enceinte a même accueilli l’équipe de France en 1988, à l’occasion d’un match amical contre le Maroc, remporté par les Bleus (2-1).

Mais le stade Louis-II nouvelle génération ne se résume pas seulement à l’AS Monaco et au football. En son sein, le complexe abrite de nombreuses installations. Au total, ce sont plus de trente associations qui siègent dans les entrailles du stade.

construction-stade-monaco

En plus de la pelouse et de la piste l’athlétisme, le Louis-II regroupe le centre nautique Prince Albert II et sa piscine olympique, la salle omnisports Gaston-Médecin, antre de la Roca Team, un certain nombre d’administrations monégasques et une université privée anglophone : l’International University of Monaco (IUM).

Avant de déménager au Centre de Performance de La Turbie et à La Diagonale de Cap d’Ail, l’ensemble des bureaux administratifs et le centre de formation de l’AS Monaco étaient également présents au sein du stade.

Avec autant de disciplines à son actif, le complexe sportif a son lot de moments mémorables. Depuis 1987, le stade accueille le prestigieux Meeting Herculis et a même été le théâtre de la Finale mondiale de l’athlétisme en 2003, 2004 et 2005.

Et au-delà de son aspect sportif, le Louis-II a également vu passer en son sein de grands noms de la musique, tels que Muse lors d’un concert donné en 2007, ou les Eagles en 2011, à l’occasion du mariage du Prince Albert II et de la Princesse Charlène.

Si le Louis-II a immédiatement conquis dans les années 1990 par son authenticité et sa modernité, aujourd’hui, les habitués aimeraient voir leur stade rénové, tout comme le Conseil national, qui a abordé le sujet au cours d’une séance publique budgétaire, le 12 décembre dernier. « Je vous demande, Monsieur le Ministre, de mettre en œuvre au plus vite les travaux de réfection nécessaires des arches, qui sont régulièrement montrées à la télévision lors d’événements sportifs, et dont l’état de détérioration ne montre pas une image digne de notre Principauté. Je rappelle au Gouvernement l’importance de rénover au plus vite les infrastructures en lien avec les usagers, comme les buvettes ou les gradins, qui doivent être une priorité », a notamment commenté l’élue Marine Grisoul, Présidente de la Commission de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports.

En presque 40 ans, l’enceinte a en effet commencé à se dégrader, mais le Gouvernement Princier a rappelé, dans les colonnes de la Gazette, que « le stade Louis-II est une infrastructure sportive qui a été mise en service en janvier 1985 et qui, depuis son ouverture, est utilisée tous les jours de l’année de 7h à 23h. Avec ses presque 40 ans, il n’est pas anormal que le bâtiment et ses équipements soient considérés comme ayant pris de l’âge. Au regard de la fréquence d’utilisation évoquée, on peut toutefois dire que cette infrastructure a plutôt bien vieilli. »

Et pour répondre aux craintes de l’Hémicycle, Patrice Cellario a fait savoir que l’état structurel des arches évoquées plus haut « ne présente aucun risque. Les éléments de définition du projet de rénovation esthétique de ces arches sera entrepris dans le courant du premier trimestre 2023. Le rapport est attendu pour les premiers jours de janvier. Concernant la nécessaire restructuration des locaux d’accueil du public du stade, elle doit s’inscrire dans le cadre du projet de restructuration globale du stade Louis-II. Il serait dommageable d’entreprendre des travaux qui seraient ensuite voués à la démolition à court ou moyen terme. En revanche, une étude a déjà été lancée concernant les améliorations que nous pouvions apporter, notamment au niveau des buvettes, pour l’expérience des spectateurs soit améliorée sur ce point-là », preuve une fois encore de l’implication de l’Exécutif dans ce dossier.

Les rénovations devraient s’accélérer dans les prochaines années

Et pour cause : du côté du Gouvernement, la rénovation du Louis-II a été érigée en priorité depuis 2017. À ce jour, près de 20% des 355 millions d’euros validés pour la restructuration du Louis-II ont été déboursés depuis cinq ans pour rénover le Centre nautique Albert II, les loges VIP, la pelouse (qui permet désormais une meilleure prise au sol), la piste d’athlétisme, les éclairages (remplacés par des LED), le parvis et la salle Gaston-Médecin, comme l’a rappelé en 2020, sur Monaco Info, Sylvie Bertrand, directeur du Stade.

En 2018, d’importants travaux ont été entrepris au niveau de la pelouse du terrain de football

La nouvelle salle Gaston Médecin a été inagurée le 28 septembre 2022 après 13 semaines de travaux sur un rythme intense

Cette salle, véritable petit bijou esthétique, a immédiatement séduit le public. Les fans de football espèrent donc que le Gouvernement continuera sur cette belle lancée, pour que les supporters encouragent à leur tour l’AS Monaco dans un stade remis à neuf.

Et l’idée n’est pas à écarter, puisque, comme l’ont indiqué les équipes de Patrice Cellario dans Monaco-Matin : « les travaux avancent par phases. Les phases qui pouvaient être mises en chantier sans trop de difficultés l’ont été (Centre nautique, loges VIP, pelouse, piste d’athlétisme, parvis, salle Gaston-Médecin). Parallèlement, les études se poursuivent et vont durer encore deux années au moins. Le sujet est particulièrement complexe, notamment en matière d’enclenchement des phases et travaux vis-à-vis du fonctionnement du bâtiment. Compte tenu des contraintes liées à l’exploitation du stade qui doit être maintenue, on peut raisonnablement conduire l’opération de restructuration à son terme sur une dizaine d’années. »

De son côté, l’AS Monaco, à qui le stade n’appartient pas, a tenu à rassurer tout le monde lors de la soirée des abonnés, qui a eu lieu en début de saison.

Selon les dirigeants du club : « c’est un des sujets très importants pour notre développement. Nous sommes de loin le plus gros utilisateur du stade. Nous sommes en discussion avec les autorités monégasques pour envisager des travaux dans le stade. C’est un projet compliqué, mais il est en cours et il est très ambitieux. » 

De nouvelles buvettes et des sièges rouges et blancs

Pour leur part, les fans ne manquent pas d’idées pour donner un nouveau souffle à ce lieu mythique.

Parmi elles, la mise à disposition de nouvelles buvettes et le remplacement des sièges jaunes actuels par des sièges aux couleurs de l’AS Monaco. Pour l’anecdote, la couleur jaune avait été voulue par le Prince Rainier III en 1985, qui souhaitait une unité de couleur pour toutes les salles sportives, comme l’explique Sylvie Bertrand. « Je pense qu’un jour, ils auront vocation à être changés, et ce sera le choix du Prince Souverain », précise-t-elle.

Cette question n’est cependant pas nouvelle. À travers des banderoles, les Ultras Monaco 1994 ont fait part à plusieurs reprises de leur souhait de voir des sièges rouges et blancs pour les 100 ans du club, qui seront célébrés en 2024.

« L’ouverture du stade a été une période fantastique, se remémore Raymond Viano, abonné depuis la saison 1965-1966. Nous avions l’un des plus beaux stades d’Europe, même les Anglais étaient impressionnés quand ils s’y rendaient. Mais le stade a mal vieilli. »

De son côté, Michel Debrieuvre, membre du club des supporters de l’AS Monaco, propose d’installer un restaurant au sein du Louis-II, à l’instar d’autres stades, ou au moins d’augmenter le nombre de buvettes pour éviter que ces dernières ne soient prises d’assaut.

Éviter la fermeture complète

Au cours de leurs déplacements à l’extérieur, les supporters monégasques espèrent qu’après les récentes rénovations des autres stades de Ligue 1, le Louis-II fera bientôt peau neuve à son tour.

À Toulouse, qui a rénové son Stadium, à Angers, qui a mis à neuf la quasi-totalité du stade Raymond Kopa avec des sièges noirs flambants neufs, ou encore parfois à Nice, qui évolue dans un Allianz Riviera inauguré il y a moins de dix ans, nombreux sont les exemples mis en avant par les fans monégasques pour suggérer des pistes d’amélioration pour l’enceinte de la Principauté.

Mais le stade Louis-II n’est pas le seul en métamorphose : le stade des Costières de Nîmes (ouvert en 1989), devrait être démoli en 2023 et entièrement reconstruit en 2026. Le stade François-Coty, à Ajaccio (ouvert en 1962), a récemment proposé un questionnaire en ligne à destination des supporters, pour connaître leurs pistes d’amélioration après les derniers grands travaux menés cet été.

Plus récemment, le Prince Albert II en personne a abordé le sujet Louis-II, en amont de la Fête nationale monégasque. « J’entends la frustration de nos supporters que je veux saluer pour les 70 ans de leur club [des supporters, ndlr] et pour leur fidèle soutien, a-t-il confié pour Monaco-Matin.

Le stade Louis-II n’est pas uniquement un stade de foot mais un complexe sportif, livré en 1985 avec des prérequis qui ne satisfont plus forcément les exigences actuelles. Cela ne nous empêche pas d’accueillir les sportifs dans de bonnes conditions. Mais, je le constate moi-même, certains lieux du stade ont mal vieilli. »

Un constat qui pourrait pousser le Gouvernement à agir vite. « Le bâtiment fait l’objet d’une rénovation progressive, a expliqué le Souverain. Il faudra, sans doute, augmenter ce programme de rénovation. Nous sommes en train de réviser ce programme, de le réactualiser. En évitant une fermeture complète du stade, tout en arrivant à un phasage qui puisse satisfaire tout le monde. »

C’est bien là tout l’enjeu de cette modernisation du stade Louis-II. Continuer à accueillir toutes les disciplines sportives et les supporters, en même temps que des travaux d’envergure.

Avec la contribution de Camille Esteve