Publicité »
Pratique

Payement en plusieurs fois ou entre amis… Carlo dévoile ses nouvelles fonctionnalités

carlo-app
© Carlo App

L’application connait déjà un vif succès à Monaco avec 60 commerces partenaires et près de 2 000 utilisateurs. 

La start-up Carlo, le Gouvernement Princier et les commerçants partenaires de l’application se sont réunis récemment à MonacoTech, pour discuter des futures fonctionnalités de Carlo. L’occasion également d’échanger sur la nouvelle répartition de la prise en charge des frais de la plateforme.

Publicité

L’application a pour but premier de favoriser le commerce local, et ça marche. « L’utilisation quotidienne de celle-ci a généré plus de 4,8 millions d’euros de cashback, dont 95% a déjà été réinjecté dans l’économie locale », peut-on lire dans un communiqué. En effet, Carlo offre à la fois une récompense aux consommateurs (le cash back) et une solution de paiement innovante, ce qui a permis aux professionnels partenaires de capter et fidéliser une nouvelle clientèle.

Payement entre amis ou échelonné

Une bonne lancée qui devrait se poursuivre grâce à un tas de nouvelles fonctionnalités prévues pour 2023, comme le paiement entre amis. « Les utilisateurs pourront envoyer du cashback ou un paiement via la carte bancaire à leur entourage. Le bénéficiaire devra dépenser cet argent dans le circuit fermé des commerces monégasques », a précisé Antoine Bahri, le fondateur de l’application dans les colonnes de La Gazette de Monaco.

De plus, les clients pourront prochainement régler en trois fois, tandis que les commerçants toucheront l’argent directement, en une seule fois.

Publicité »

Le coup de pouce du Gouvernement prolongé

Depuis décembre 2020, dans le cadre de la relance économique, les autorités monégasques ont décidé d’utiliser l’application Carlo et de prendre en charge la totalité des frais de plateforme (10,6% par transaction), habituellement imputés aux boutiques et restaurants présents sur l’application.

Au regard de ces résultats très concluants, le Gouvernement va prolonger une grande partie de sa prise en charge à hauteur de 9,6% des frais de plateforme jusqu’au 31 mars 2024. Le pourcentage restant, qui correspond aux frais bancaires, est ainsi désormais à la charge du commerçant.