Publicité »
Interview

Les Sites Grimaldi #7 : Beausoleil, terre d’accueil des bâtisseurs de Monaco

Vue generale
En raison de sa configuration, Beausoleil est régulièrement surnommée « la ville oblique » (Photo © Ville de Beausoleil)

À l’origine, Monaco et Beausoleil faisaient partie d’un même territoire : La Turbie.

Véritable terre d’immigration, Beausoleil fait partie des villes les plus cosmopolites de France. La commune a en effet accueilli depuis sa création en 1904, des populations venues travailler à Monaco, notamment avec l’essor de la Société des Bains de Mer. Aujourd’hui encore, la Principauté représente le premier bassin d’emploi pour les Beausoleillois qui, pour 80% d’entre-eux, y travaillent.

Publicité

Si à Beausoleil, vous ne trouverez pas d’églises, de peintures, ou autres témoignages de la famille Grimaldi tels que l’on peut en admirer dans d’autres fiefs, la ville au cadre Belle Époque a tissé des liens très étroits avec la famille Princière au fil des années. Un exemple parmi d’autres, depuis 1947 les souverains de la Principauté sont nommés citoyens d’honneur et sont ainsi considérés comme des invités privilégiés pour les événements marquants de la commune.

Diplôme de Citoyen d’Honneur remis au Prince Rainier III par le maire de Beausoleil, Paul-Joseph Chiabaut, en 1949 © Sites historiques Grimaldi de Monaco

En 1997, le maire Gérard Spinelli reçoit le Prince Rainier III et le Prince Héréditaire Albert, dans le cadre des commémorations des 700 ans de la présence des Grimaldi à Monaco © Sites historiques Grimaldi de Monaco

Publicité »

Le Prince Rainier III et la Princesse Grace se sont régulièrement rendus dans la commune limitrophe pour les cérémonies de la Saint-Joseph. Et, en hommage aux liens qui unissent Beausoleil à la Principauté, la ville a accueilli en 1997 le Prince Rainier III pour fêter les 700 ans de la présence de la dynastie des Grimaldi à Monaco. Dix ans plus tard, l’ancienne Moyenne Corniche prendra, sur le territoire beausoleillois, le nom de Boulevard Prince Rainier III.

Le Prince sous les applaudissements

Plus récemment en 2018, au cœur de la ville, le Prince Albert II a inauguré un nouvel espace de 2 000 m² dédié à la culture, à la musique et à la danse, baptisé « Centre culturel Prince héréditaire Jacques ». Pour Gérard Spinelli, la venue du Souverain est systématiquement un moment émouvant. « La famille Princière est très appréciée par la population de Beausoleil. Quand le Prince a inauguré le centrer culturel, nous avons parcouru 200 mètres à pied sous les applaudissements. C’était spectaculaire », se souvient le maire.

Inauguration du Centre culturel Prince héréditaire Jacques le 24 novembre 2018 © Sites historiques Grimaldi de Monaco

L’élu est lui aussi régulièrement invité en Principauté, mais s’il ne devait retenir qu’un déplacement, ce serait incontestablement celui à l’occasion du mariage du Prince Albert II et de la Princesse Charlène. « Il y avait quelque chose de merveilleux dans tout, à l’image d’un conte de fée. J’ai vécu un moment unique dans ma vie que je n’oublierai jamais. »

Un même combat pour l’environnement

Avec le Souverain, Gérard Spinelli confirme être en étroite collaboration, notamment concernant les sujets environnementaux. « Je suis reconnaissant pour le soutien indéfectible qu’il apporte à la ville de Beausoleil, en particulier pour favoriser la mobilité douce », précise l’édile de la cité aux 66 escaliers, qui a reçu une aide importante de la Principauté pour l’agrandissement de voies piétonnes dans sa commune, la création des escalators ou encore le déploiement des vélos électriques.

Publicité »

Le Souverain de Monaco inaugure les escalators de Beausoleil © Sites historiques Grimaldi de Monaco

Parmi les futurs projets développés conjointement avec la Principauté, le maire a en tête un deuxième programme d’escalators. « Nous avons actuellement 12 escalators situés dans le centre-ville dont 10 ont été financés à 50% par la Principauté, et nous pensons en développer encore 13 autres », précise l’élu. Ces projets ont pour objectif d’inciter la population à abandonner la voiture. « C’est bon pour la planète et pour la santé », sourit Gérard Spinelli.

Les conséquences de la mise en place des escalators vont au-delà des espérances du maire. « On constate que de nombreux automobilistes ont abandonné la voiture pour aller travailler à Monaco et pour leurs déplacements au quotidien. C’est spectaculaire. » De quoi rendre la ville qui, on le rappelle, a manqué de s’appeler « Monte-Carlo Supérieur », encore plus conviviale.

Privacy Policy