Publicité »
Interview

Soungoutou Magassa (AS Monaco) : « J’ai toujours été polyvalent »

Soungoutou-Magassa-ASM-2-min
Soungoutou Magassa a répondu à nos questions mardi au Centre de Performance de La Turbie - © Monaco Tribune / Romain Boisaubert

Révélation de ce début de saison du côté de l’AS Monaco, le jeune milieu de terrain (19 ans) repositionné défenseur central par Adi Hütter impressionne, au point d’avoir débuté les cinq premières journées de championnat.

C’est un jeune homme souriant, avec la tête sur les épaules et déjà une certaine assurance dans ses propos qui s’est présenté face à nous mardi midi au Centre de Performance de La Turbie, aux côtés de Radio Monaco et Actufoot.

Publicité

Un entretien rapide, à l’image de son explosion cette saison, mais efficace, comme ses relances et ses interventions sur le terrain.

À 19 ans, Soungoutou Magassa est passé en quelques mois seulement de l’ombre à la lumière, des bancs de l’Academy aux pelouses de Ligue 1.

Publicité »

À l’aube de deux rencontres explosives, deux derbys à domicile face à l’OGC Nice et l’Olympique de Marseille, le natif de la Seine-Saint-Denis nous a fait part de ses impressions sur ce début de saison, des étoiles encore plein les yeux.

Vous êtes arrivé à l’AS Monaco en 2018 après avoir grandi en Île-de-France. Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J’ai commencé le football dans le club de ma ville, au Sucy FC. Avant ça, je ne jouais pas en club, mais le père d’un ami m’a conseillé de m’inscrire. J’ai ensuite évolué dans plusieurs clubs en région parisienne avant que l’AS Monaco ne me recrute quand j’étais à l’Union sportive Lusitanos Saint-Maur.

Quelques années plus tard, vous voilà titulaire en Ligue 1, dans une équipe qui truste la première place du championnat. Comment appréhendez-vous ce changement par rapport à la saison dernière ?

Publicité »

Je n’ai pas eu beaucoup de temps de jeu, mais c’était ma première saison avec le groupe professionnel. Une saison importante, qui m’a permis de m’intégrer et de m’adapter. J’ai bien été aidé par Axel (Disasi), Benoît (Badiashile), Malang (Sarr), Mo (Camara), Youssouf (Fofana)… Cela m’a permis d’engranger de l’expérience et c’est ce qui m’a permis, aussi, de saisir ma chance en début de saison quand le coach a fait appel à moi lors des matches de préparation.

C’est un entraîneur exigeant, qui demande beaucoup d’intensité à l’entraînement. Il demande à ce que l’on joue vite vers l’avant, que l’on gagne nos duels. C’est un style de jeu apprécié dans le vestiaire. L’équipe a rapidement adhéré

Vous avez été formé au poste de milieu de terrain et vous brillez aujourd’hui au poste de défenseur. Comment expliquez-vous cette adaptation ?

Je prends beaucoup de plaisir à ce poste. J’ai toujours été polyvalent. Ce n’est pas la première fois que j’évolue comme défenseur. Si le coach veut me faire jouer milieu, défenseur ou même latéral, ça me va. Je jouerai là où il a besoin de moi.

C’est l’un de vos anciens éducateurs, Sami Lamraoui, qui vous a aligné à ce poste en U13 à l’Union sportive Lusitanos Saint-Maur. Au début, il paraît que vous n’y étiez pas très favorable…

C’est vrai que chez les jeunes, je n’aimais pas trop ça (sourire). Je ne voulais jouer qu’au milieu. Mais je m’y suis vite habitué. Sami a d’ailleurs été très important dans ma formation. Il m’a beaucoup aidé et je tiens à le remercier.

Publicité »
soungoutou-magassa
Soungoutou Magassa est nommé parmi les trois candidats au titre de « pépite du mois » d’août en Ligue 1 – © AS Monaco

Vous évoluez au sein d’une défense à trois, aux côtés de Guillermo Maripan et Wilfried Singo. En vous positionnant plus haut sur le terrain, avez-vous l’impression de retrouver vos repères de milieu de terrain lorsque l’équipe a la possession ?

Ce n’est pas pareil que dans une défense à quatre, c’est vrai. À trois, on touche plus de ballons. Je me retrouve aussi plus souvent dans cette zone du milieu de terrain. Je sens que j’ai des repères.

Quel regard portez-vous sur Adi Hütter ?

C’est un entraîneur exigeant, qui demande beaucoup d’intensité à l’entraînement. Il demande à ce que l’on joue vite vers l’avant, que l’on gagne nos duels. C’est un style de jeu apprécié dans le vestiaire. L’équipe a rapidement adhéré.

Quelles sont vos ambitions cette saison ?

Engranger le maximum de temps de jeu et enchaîner les matches et les performances. Je veux aider l’équipe, continuer à m’imposer dans ce grand club et rendre les supporters fiers. Collectivement, nous voulons aller chercher une qualification en Ligue des champions.

Publicité »

Quand j’étais convoqué avec l’équipe première la saison dernière et que je ne jouais pas le week-end, je demandais aux dirigeants si je pouvais jouer avec le Groupe Élite

Vous commencez à recevoir des sollicitations médiatiques, le public parle de vous. Comment faites-vous pour garder les pieds sur terre ?

Je suis une personne de nature calme. Je ne me prends pas la tête. J’ai un entourage bienveillant, qui me fait comprendre que tout peut aller très vite dans le football. Un jour vous êtes là-haut, le lendemain plus. J’apprends aussi beaucoup des anciens. Guillermo Maripan me parle beaucoup sur le terrain.

Dans quel secteur se situe, selon vous, votre plus grande marge de progression ?

Je veux améliorer mes points forts, comme mon jeu long et mon jeu court, ou ma puissance de frappe. Mais j’aimerais aussi développer mes points faibles, comme la concentration parfois, et gagner en densité physique. J’ai encore beaucoup de marches à franchir. Ce n’est que le début.

Certains joueurs dévorent les matches à la télévision, d’autres moins. Et vous, quel rapport entretenez-vous avec le football ?

Publicité »

(Sourire) J’aime énormément le football. Je ne regarde que ça et, à part le basket-ball, c’est le seul sport qui m’intéresse. Le football me procure des émotions fortes. J’ai toujours eu Patrick Vieira comme modèle. J’aime aussi regarder des joueurs élégants comme Toni Kroos ou Luka Modric. Ce sont des joueurs qui te donnent envie de jouer au football. Dans le vestiaire aussi, je suis entouré de grands noms. J’apprends au quotidien à leurs côtés.

Vous avez évolué avec le Groupe Élite la saison dernière. Qu’est ce que cela vous a apporté dans votre progression et en quoi cela diffère-t-il d’une équipe réserve en National 2 ?

Quand j’étais convoqué avec l’équipe première la saison dernière et que je ne jouais pas le week-end, je demandais aux dirigeants si je pouvais jouer avec le Groupe Élite. Nous avons disputé des matches à Old Trafford, contre Manchester United, contre Arsenal, contre West Ham. La pression est plus grande. En National 2, c’est un football d’adultes, avec plus de duels et de contacts. Avec le Groupe Élite, on perfectionne vraiment notre développement, de manière plus individualisée. C’est dans la continuité des U19.


AS Monaco/OGC Nice : il reste encore des places !

Le derby de la Côte d’Azur approche à grands pas. Parmi les quatre équipes à n’avoir pas encore perdu en championnat cette saison avec l’Olympique de Marseille et le Stade Rennais, l’AS Monaco et l’OGC Nice se retrouvent vendredi soir (21 heures) au stade Louis-II pour un match qui s’annonce bouillant.

Et pour les retardataires, sachez qu’il reste encore une poignée de places. N’attendez plus et rendez-vous sur la billetterie en ligne de l’AS Monaco. À noter qu’il est important de respecter l’interdiction de tout signe distinctif de l’OGC Nice, hors secteur visiteur (Populaires H et G).

Privacy Policy