Publicité »
Photos

Les Joyaux de la Méditerranée : La Villa Les Camélias, écrin d’histoire et d’art

villa-les-camelias
La Villa Les Camélias et son style Belle Epoque riche en détails architecturaux © Monaco Tribune

La villa située à Cap d’Ail regorge de détails historiques liés à la ville et accueille une collection du peintre basque Ramiro Arrue.

Chacun le sait, il existe sur la Côte d’Azur des villas magnifiques. Souvent construites en pleine période Belle Époque, leur style éclectique et la richesse de leurs détails impressionnent aussi bien les locaux que ceux qui visitent la French Riviera. Aujourd’hui, découvrez la Villa les Camélias, un musée sur l’histoire de Cap d’Ail et Ramiro Arrue dans un écrin de verdure avec vue sur le bleu de la Méditerranée.

Publicité

Cap d’Ail, une histoire récente et passionnante

Villégiature d’hiver par excellence au début du 20ème siècle, la Côte d’Azur a vu de nombreuses personnalités défiler le long de ses promenades aménagées pour les touristes d’antan. Cap d’Ail est né de cette histoire. Autrefois propriété de la Turbie, la ville n’était alors qu’un terrain vierge et accidenté.

C’est en 1908 que la ville prend son indépendance et devient Cap d’Ail. Cet exploit est dû au Baron de Pauville qui débute, dès les années 1880, un ambitieux plan d’urbanisation sur le cap. Tout-à-l’égout, laiterie brevetée par le Prince de Monaco, centrale électrique, Cap d’Ail est à l’avant-garde de la modernité. Charles Blanc, issu de la famille du fondateur de la Société des Bains de Mer de Monaco en est d’ailleurs le premier maire.

Publicité »
cap-dail-debut-20-siecle
Le quartier Saint-Antoine et ses cheminées d’usine © Monaco Tribune
bouteille-lait-prince
Une bouteille de lait brevetée par le Prince de Monaco © Monaco Tribune

Cette riche histoire de la ville s’observe au rez-de-chaussée de la villa. Nichée à quelques pas de la gare, elle se découvre par son portail et son entrée splendide. L’entrée du musée se fait à présent par l’arrière de la villa. Cela oblige à passer par l’agréable jardin et à contourner la villa de manière à la découvrir sous toutes ses coutures. Garde-corps en fer forgé, médaillons, bay-window pour profiter au chaud du soleil en hiver, la villa fourmille de détails et expose sa richesse. 

jardin-villa-camelias
Le jardin ombragé de la Villa Les Camélias © Villa Les Camélias
vue-mer-villa-camelias
La splendide vue depuis le jardin © Monaco Tribune
villa-les-camelias-cap-d'-ail
Façade est de la villa © Monaco Tribune

C’est aussi l’histoire d’une nouvelle ville que conte le musée et notamment celle des nouvelles familles, pour la plupart italiennes, qui s’y installent. En parallèle, les vedettes de l’époque viennent en villégiature, louent et font construire de superbes villas qui font le charme de Cap d’Ail et qui sont recensées dans le musée.

vie-quotidienne-locaux-cap-d-ail
Photographies de familles italiennes © Monaco Tribune

Sacha Guitry, Mathilde Kschessinka, célèbre danseuse russe, Jean-Cocteau, créateur du Théâtre de Verdure de la ville, André Malraux, André Gide, Colette, Joséphine Baker, Winston Churchill, la liste des personnalités venues profiter de la douceur du cap est longue. Plus tard, la Princesse Grace perpétue la tradition des célébrités passées à Cap d’Ail en devenant citoyenne d’honneur du cap.

Publicité »
villas-cap-dail
Panneaux de présentation des villas à Cap d’Ail © Monaco Tribune

Ramiro Arrue, un peintre basque en terres azuréennes

Il est curieux de retrouver un peintre basque à Cap d’Ail et pourtant c’est possible à la Villa Les Camélias. Au 2ème étage se trouvent les œuvres permanentes, une incroyable collection de tableaux de Ramiro Arrue que les Basques doivent envier, lui qui s’est évertué à peindre son pays natal au 20ème siècle et qui aujourd’hui est érigé en héros par tout le peuple basque. 

Publicité »
marins-ramiro-arrue-camelia
Les Marins de Ramio Arrue © Monaco Tribune
tableaux-ramio-arrue-camelias
Divers tableaux de Ramio Arrue © Monaco Tribune

L’occasion de voyager et découvrir une peinture bien différente de celle des nombreux peintres venus représenter la Côte d’Azur. Chez Ramiro Arrue, la peinture respire les traditions, les paysages et la vie quotidienne de sa région. « C’est un monde complètement rêvé, parfait, qui sublime le réel », explique Hélène Bonafous, conservatrice du musée.

emaux-ramio-arrue
Le musée comprend également une collection d’émaux réalisées par Ramio Arrue © Monaco Tribune

Mitchell Johnson, La Révélation de Meyreuil

Comme une réponse aux tableaux géométriques de Ramiro Arrue, le 1er étage accueille l’exposition temporaire du peintre américain Mitchell Johnson.

Publicité »
peintures-mitchell-johnson-villa-camelias
Divers peintures de l’artiste américain Mitchell Johnson © Monaco Tribune

Lors d’un séjour à Meyreuil, non loin d’Aix-en-Provence, l’artiste explique y avoir vécu une véritable révélation qui a profondément transformé sa technique. La lumière si particulière du sud de la France a modifié sa perception des couleurs et a eu une forte influence sur ses œuvres d’aujourd’hui.

Un avant-après à découvrir au musée jusqu’au 29 septembre 2024. 

peinture-mitchell-johnson
Peinture exposée de Mitchell Johnson © Monaco Tribune

En bonus, le musée dispose de deux pianos pneumatiques que l’équipe du musée se fera un plaisir de vous montrer et pourra même vous en faire une démonstration. Une jolie technique pour faire croire que l’on joue du piano sans même savoir en faire. 

piano-pneumatique-villa-camelia
Ce genre de piano était courant dans les grands restaurants et hôtels © Monaco Tribune

Informations pratiques :

Pour accompagner vos visites, des audioguides sont disponibles en 5 langues (français, anglais, espagnol, italien et allemand)

  • Adresse : 17 avenue Raymond Gramaglia, 06320 Cap d’Ail
  • Horaires : du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14 heures à 18 heures. Ouvert également le dimanche de 11 heures à 18 heures.
  • Tarifs : 9€ et 5€ en tarif réduit (étudiants, +60 ans et mineurs)