Théâtre des plus prestigieux évènements sportifs de la planète, la Principauté de Monaco s’affirme depuis des décennies comme l’une des places fortes du sport mondial. Voici pourquoi.

C’est une histoire intimement liée, qui n’est pas prête de s’arrêter. Sur le Rocher, Monaco rime depuis toujours avec pratique sportive. Épicentre d’une poignée des plus grands évènements sportifs de la planète, la Principauté est un véritable modèle d’urbanisme en termes d’infrastructures sportives. Malgré sa superficie d’à peine plus de 2 km2, Monaco abrite en son sein le stade Louis II, véritable poumon de la Principauté qui abrite un nombre insoupçonné de disciplines. Dans les entrailles du Louis II cohabitent centre nautique, salle omnisports, dojo, salle d’escrime, de boxe, le tout sous la pelouse d’un stade qui accueille par l’intermédiaire de l’AS Monaco les plus prestigieuses équipes du Vieux Continent, ou les stars mondiales d’athlétisme, grâce au Meeting Herculis qui se déroule chaque été sur la piste qui borde le terrain. Un écrin formidable, architecturalement en avance sur son temps, qui a été édifié en 1985 et qui reflète tout l’amour de Monaco pour le sport.

Et quand le Louis II ne se suffit plus à lui-même, ce sont les rues de la principauté qui se transforment en terrain de jeu grandeur nature. Grand Prix de Formule 1, Jumping International, ou encore Rolex Monte-Carlo Masters au sein du Monte-Carlo Country Club, c’est tout le Rocher qui vibre et s’illumine de mille feux tout au long de l’année au gré des évènements sportifs qui se succèdent en principauté. Terre de champions et de championnes, Monaco est également le lieu de résidence de nombreux sportifs et sportives, qui pour certains, en plus d’avoir écrit leur propre histoire sur le Rocher, résident à l’année sur les bords de la Méditerranée.

Le sport et Monaco, c’est avant tout une grande histoire de famille

Place forte du sport mondial, Monaco reçoit en coulisse la cérémonie du SPORTEL, conférence qui rassemble les décideurs des médias et du sport. Acteur privilégié des avancées majeures du monde du sport grâce à son influence, Monaco peut compter sur le soutien sans faille du souverain S.A.S le Prince Albert II. Car si l’ancrage de Monaco dans le sport est si fort, c’est avant tout le résultat d’une famille princière passionnée par la pratique sportive. Jack Kelly, grand-père maternel du souverain et père de Grace Kelly, a été champion olympique d’aviron lors des Jeux Olympiques de 1920 et de 1924. Président du Comité olympique monégasque, qui regroupe vingt fédérations et qui prépare les athlètes à concourir pour les JO, S.A.S le Prince Albert II ne cesse de s’investir pour faire de Monaco une place forte du sport. Membre du Comité international olympique, le fils du Prince Rainier III a notamment pris part en bobsleigh à cinq éditions des Jeux Olympiques d’hiver (Calgary 1988, Albertville 1992, Lillehammer 1994, Nagano 1998 et Salt Lake City 2002).

Plus récemment, c’est la Princesse Charlène de Monaco, épouse du prince souverain et ancien nageuse sud-africaine, qui s’est impliquée dans le sport en présentant une voiture officielle de sa Fondation pour participer aux prochains 24 Heures du Mans virtuelles (13-14 juin), course d’endurance inédite associant des pilotes professionnels à des spécialistes de l’Esport. Un équipage composé de Francesco Castellacci, Felipe Massa, Giancarlo Fisichella et Tony Mella. « En juin 2019, l’Automobile Club de l’Ouest m’a permis de vivre une expérience inoubliable, en me confiant la fonction de starter officielle de la 87e édition des 24 Heures du Mans. Aujourd’hui, je poursuis ce lien entre Monaco et Le Mans, deux références historiques du sport automobile, en participant aux 24 Heures du Mans virtuelles et en soutenant la voiture #54 Strong together qui portera haut les couleurs de la Principauté de Monaco et celles de ma Fondation. » Une façon de positionner encore un peu plus Monaco au centre de l’échiquier sportif mondial.

Une pratique sportive soutenue par le Gouvernement

Tourné vers le sport, le Gouvernement monégasque a mis en place une politique axée sur trois objectifs majeurs : le développement du sport à l’école, la favorisation du sport de masse et l’encouragement du sport en compétition. Pour remplir le premier point, le Gouvernement a inscrit des cours d’éducation physique et de natation dans les emplois du temps, qui sont assurés dès le plus jeune âge par des enseignants spécialisés. Les bâtiments scolaires sont quant à eux dotés d’installations sportives nécessaires à la pratique des sports de base, qu’ils soient collectifs ou individuels. Avec près d’une centaine d’associations sportives, dont une grande partie reçoit une aide de l’État, la jeunesse monégasque peut pratiquer une multitude de disciplines. Enfin, avec des classes à horaires aménagés, les collégiens bénéficient d’un nombre d’heures d’entraînement important. Une volonté qui s’inscrit dans la cadre du statut de sportif olympique de haut niveau, qui a été instauré pour favoriser la participation de sportifs nationaux lors d’évènements majeurs, tels que les Jeux Olympiques. Par le biais du Comité Olympique Monégasque, les athlètes nationaux et leur fédération peuvent bénéficier d’une aide dans le cadre de leur préparation olympique.