C’est une question que tous les chefs en herbe se posent après un confinement rempli d’entrées au levain et de pain à la banane. Comment écrire un livre de cuisine à succès sans véritable formation et côtoyer les stars de la grande cuisine ? Monaco Tribune s’est entretenu avec Nika Belotserkovskaya, entrepreneure, directrice de médias et éditrice russe bien connue.

En voyant des photos de la villa de Nika à Cap d’Ail, située à quelques kilomètres de Monaco, on peut presque sentir les friandises qui émanent de la cuisine. L’odeur de la tarte aux pommes se mêle à la brise marine, qui roule sur les rochers sur lesquels sa villa est assise. En d’autres temps, les invités seraient installés sur ses grandes terrasses, sous les morceaux mélodiques joué par le musicien américain Nicholas Jaar, pendant que la cuisine bourdonne de vie. Le vrai Seigneur du Manoir est Borisych, le photogénique Maine Coon rouge qui s’étend langoureusement sur une table à côté de tasses en porcelaine, ses yeux regardant majestueusement la mer, au loin.

C’est ici, sur la Côte d’Azur, que Nika Belotserkovskaya, propriétaire de plusieurs célèbres publications russes et auteure de best-sellers de cuisine, termine son dernier livre. Chaque jeudi, sur son compte Instagram, l’entrepreneuse, en collaboration avec le pâtissier monégasque Alexander Seleznev, apprend à ses nombreux abonnés à faire des tartes aux oignons doux, des éclairs et des gâteaux aux carottes.

Tout a commencé à vélo

Lorsqu’on lui demande pourquoi elle passe au moins six mois dans le sud de la France, Belonika, comme l’appellent ses amis et collègues, sourit et montre la vue depuis son balcon où la mer d’azur s’étend à l’horizon.

Je ne voulais pas partir et je suis donc restée, vivant essentiellement dans la cuisine pendant des semaines.

Belonika a développé sa sérieuse passion pour la cuisine grâce à la France, où elle a fait un tour à vélo des lieux gastronomiques les plus célèbres du pays.

« Tout a commencé avec L’Oustau de Baumaniere (un restaurant étoilé du Guide Michelin, aux Baux de Provence). Je me souviens encore de l’incroyable sensation de légéreté. Un pur bonheur. C’était très cool. J’étais enceinte à l’époque. Le chef Sylvestre Wahid est venu me saluer. Je ne voulais pas partir et je suis donc restée, vivant essentiellement dans la cuisine pendant des semaines. »

Le succès de son blog de cuisine

Quelques années plus tard, sur la plateforme de blogging Live Journal, l’entrepreneure a lancé un blog culinaire appelé « Belonika ». Ses recettes de grande qualité et très soignées y figuraient, aux côtés d’éblouissants récits et de photos de sa vie. Ce fut le début de quelque chose que Nika maîtrisait d’une main de maître : le blogging à succès. Ses abonnés consultent chaque nouvel article et le blog trouve rapidement son audience, qui se chiffre en millions.

Un minimum de travail pour un maximum de résultats. C’est le secret du succès.

« Un minimum de travail pour un maximum de résultats. C’est le secret du succès. J’ai une sorte de méthode de déconstruction avec mes plats. Je ne comprends pas pourquoi vous devez faire cuire au bouillon pendant trois jours alors que vous pouvez faire frire la viande directement dans la poêle. Elle a un goût beaucoup plus intéressant et léger ».

La gastronomie n’était pas seulement une passion pour l’entrepreneure et l’éditrice, mais aussi un véritable défi.

« Il y a deux types de restaurants : les restaurants de style brasserie et les restaurants gastronomiques. J’ai été particulièrement surprise par la façon dont ils combinent les deux au Japon. Au restaurant, l’ensemble des 12 plats était relié par une sorte de technique. C’est-à-dire qu’ils vous apportaient des plats, il y avait un morceau de pierre chauffé à rouge dans lequel on faisait cuire du pain et où ils trempaient du Sencha (une forme de thé vert japonais). C’était un véritable spectacle ».

Circuits culinaires à travers l’Europe

Très vite, Belonika a commencé à révéler les secrets de la gastronomie à des cuisiniers en herbe et à des fanatiques de l’alimentation, en compagnie d’autres chefs accomplis, en organisant des circuits gastronomiques exclusifs en Provence, en Toscane, au Piémont et en Sicile. Grâce à ces voyages culinaires, Belonika a pu travailler avec Gianluca Caneschi (El Comanchero, Italie), Pinot Cuttaia (restaurant La Madia, deux étoiles Michelin, Italie), Massimo Mantarro (restaurant Principe Cerami, deux étoiles Michelin, Italie) et bien d’autres.

Quand vous êtes très passionné, les gens vous en sont très reconnaissants.

« Depuis que je travaille avec des chefs, personne n’a jamais refusé de suivre mes cours. Je reste en bon terme avec tout le monde. C’est une histoire d’échange seulement. Bien sûr, ils sont très charismatiques, parce que la gastronomie est une telle passion. Surtout quand il s’agit de cuisiner à ce niveau, c’est une question d’instinct en premier lieu. Quand vous êtes très passionné, les gens vous en sont très reconnaissants ».

La passion est devenue un business sérieux. Aujourd’hui, elle dispose d’une équipe de plusieurs dizaines de personnes qui préparent des voyages culinaires plus luxueux à travers l’Europe, à la découverte des truffes du Piémont, des vignobles de Toscane et des célèbres marchés aux poissons de Sicile.

Le Seigneur était un peu réticent, mais nous sommes devenus amis.

La dernière aventure s’est déroulée en Angleterre. Les chefs stagiaires se sont rendus dans un château anglais, le domaine familial des anciens comtes de Somers, où ils ont pu déguster du fromage bleu d’Oxfordshire et du cidre Hereford.

« J’avais pour tâche de trouver un vrai château, de style Downton Abbey. Alexei Zimin (cuisinier, présentateur de télévision, copropriétaire de l’école de cuisine) l’a trouvé. Nous avons loué tout l’endroit. Personne n’a jamais rien fait de tel. Le Seigneur était un peu réticent, mais nous sommes devenus amis. Et je suis restée dans la chambre principale ».

L’esprit entrepreneurial, la clé pour créer sa vie

Après avoir pris la parole, il ne fait aucun doute que, outre un amour éternel pour la cuisine, et un talent inné pour celle-ci, ainsi qu’un intérêt actif pour les affaires et l’aventure, Belonika possède une vitalité que seuls les vrais hommes d’affaires peuvent exploiter.

Un autre de ses hobbies est la photographie, Belonika partageant toujours des photos sur les réseaux sociaux. Il est presque certain que ce passe-temps sera le prochain projet de l’entrepreneure.

« Une fois que vous commencez, vous devenez votre propre source d’énergie et de pouvoir. N’ayez pas peur de vous lancer dans quelque chose de nouveau ! Même si cela ne fonctionne pas, vous aurez toujours l’énergie dont vous avez besoin dans la vie ».