La Ministre de l’Équipement, de l’Environnement et de l’Urbanisme s’est exprimée pour Monaco Tribune sur la situation actuelle et les différents projets à l’étude concernant la question de l’évolution de moyens de transports à Monaco.

Alors que les pistes cyclables fleurissent un peu partout au sein de la Principauté, Marie-Pierre Gramaglia a fait le point sur les moyens de déplacements à Monaco. Entre réduction de l’utilisation de la voiture, multiplication de l’usage du vélo et projets de ligne maritime et de funiculaire, la Ministre a dévoilé les grandes lignes de la politique mise en place par le Gouvernement.

Avec la crise du Covid-19, le sujet des transports à Monaco est-il plus que jamais au cœur des actions gouvernementales ?

La mobilité et les déplacements sont depuis longtemps au cœur des actions du Gouvernement. Qu’il s’agisse des flux entrants et sortants de la Principauté ou de la circulation intra-muros et ce indépendamment de la crise liée au Covid-19. Notre politique encourage les transports publics et la mobilité douce.

Comment la Principauté se réinvente face à cette crise à ce niveau ?

Depuis le début de cette pandémie, le Gouvernement et plus largement l’ensemble des Institutions de la Principauté ont pris les mesures qui s’imposaient pour répondre aux urgences sanitaire, économique et sociale. Notre monde s’est arrêté en un instant. Aujourd’hui, toute l’activité, qu’elle soit économique, sociale, sportive, culturelle redémarre par secteur mais avec précaution en continuant à respecter les règles sanitaires. L’accompagnement de l’Etat se poursuit.

La voiture pour tout et tout le temps n’est pas la bonne réponse. Les transports publics permettent de se déplacer facilement en Principauté.

Pensez-vous que les mentalités et les moyens de déplacement vont changer ?

A plusieurs reprises, j’ai eu l’occasion de rappeler qu’il appartient à chacune et à chacun de réfléchir à sa propre mobilité. La voiture pour tout et tout le temps n’est pas la bonne réponse. Les transports publics permettent de se déplacer facilement en Principauté. Le réseau de liaisons mécanisées se densifie un peu plus chaque année et facilite les déplacements à pied. Enfin, le service de vélos à assistance électrique « Monabike » s’étoffe d’ici la fin de l’année de 11 nouvelles stations pour un total de 400 vélos. Toutes les combinaisons qui mixent les modes de déplacement sont ouvertes.

Monabike Monaco
@ Gouvernement princier

Les pistes cyclables vont-elles augmenter et l’usage du vélo en Principauté s’intensifier ?

La pratique du vélo s’intègre de plus en plus dans notre vie et dans notre ville comme S.A.S. le Prince nous y encourage. Les vélos peuvent désormais circuler dans les couloirs de bus. Il y a quelques années une piste cyclable a été matérialisée sur l’avenue Princesse Grace de 1.5km. Nous venons de tracer une piste cyclable qui relie le quartier de Fontvieille au Port via le tunnel sous le Rocher. En débouchant sur le quai Antoine 1er, vous pouvez rejoindre le couloir de bus du boulevard Albert 1er ou la route de la piscine. Les pistes réservées aux vélos progressent mais nous devons le faire dans un juste partage de l’espace public entre les deux et quatre roues, les piétons, les transports urbains.

L’objectif est bien de réduire le trafic des véhicules de 20% à l’horizon 2030.

L’objectif, on imagine, est de réduire les déplacements en voiture ?

En effet, l’objectif est bien de réduire le trafic des véhicules de 20% à l’horizon 2030, tout en absorbant les nouveaux trafics, et revenir ainsi à un trafic équivalent à celui du début des années 1990. Pour cela, les actions portent sur la création d’une offre de stationnement périphérique, le renforcement du TER, du télétravail et du transport en commun urbain, une politique tarifaire des parkings publics.

Multiplier les voies piétonnes dans Monaco est-il envisagé ?

Comme je l’ai précisé précédemment, les déplacements à pied en Principauté sont facilités par un faisceau de liaisons mécanisées qui permettent aisément de se déplacer d’est en ouest et du nord au sud de la ville. Le nouveau quartier sur la Mer Mareterra en construction dans l’Anse du Portier sera entièrement piétonnier, aucun véhicule ne circulera en surface, seule une voie souterraine accessible depuis le rond-point du Portier desservira les lieux d’habitation.

Une ligne maritime reliant Menton à Monaco a été proposée. Où en est l’avancement du projet ?

Nous sommes plutôt sur une ligne entre Nice et Cap d’Ail. Un dossier sur lequel nous travaillons étroitement avec les autorités françaises à la fois régionales et nationales.

Comment mettre en place la mobilité du futur (trains autonomes, voitures sans chauffeur, navettes fluviales high-tech, petits bus autonomes, drones à deux ou trois passagers, etc.) sur un territoire aussi dense que celui de Monaco ?

Sur le futur à moyen terme de la mobilité en Principauté, nous avançons toujours sur un mode de Transport Collectif en Site Propre qui relierait l’est à l’ouest et sur un projet de funiculaire entre le Jardin Exotique et Fontvieille. Ce sont des projets importants auxquels nous consacrons du temps et de la réflexion. Pour tous les sujets que vous évoquez, la Principauté est à l’écoute de toutes les nouveautés, nous verrons celles qui peuvent s’adapter à notre territoire.