L’Institut Océanographique s’est récemment penché sur les méduses, être vivants à la complexité fascinante. Avec l’impact de l’Homme sur les océans, les méduses ne font que proliférer… au détriment des autres espèces marines.

Pêche intensive, déchets plastiques, rejets de produits phytosanitaires, d’hormones, de molécules chimiques… Autant de choses qui attaquent l’équilibre des océans et menacent de nombreuses espèces marines. Mais un seul animal semble tirer parti des méfaits de l’Homme : la méduse.

Les méduses tuent cinq fois plus que les requins

La plupart des spécialistes s’accordent sur un constat : l’océan se gélifie. Les activités humaines permettent aux méduses de proliférer à vitesse grand V. La surpêche, par exemple, amène à la disparition des prédateurs naturels comme le thon ou la tortue. Certaines zones ont été tant pêchées que le retour de certaines espèces poissonneuses est impossible, les méduses dévorant leurs œufs et leurs larves. Les déchets plastiques, quant à eux, sont d’excellents supports permettant aux polypes de se développer et de voyager.

Le saviez-vous ? Les méduses tuent cinq fois plus que les requins. Fort heureusement, bien que douloureuses, les piqures des espèces présentes sur nos côtes ne sont pas fatales. Mais l’impact des méduses ne se limite pas au secteur des loisirs : de nombreuses activités maritimes subissent aussi les tourments de ces animaux. Début juillet, plusieurs milliers de méduses ont manqué de bloquer les turbines d’une centrale électrique en Israël.

Pour en apprendre plus sur les méduses, vous pouvez consulter le site internet de l’Institut Océanographique qui propose un focus thématique sur ces animaux.