Nous poursuivons notre série sur les hôtels de légende de la Côte d’Azur. Direction Cannes avec l’emblématique hôtel le Martinez, le cinq étoiles de la Croisette, dont la légende s’est écrite avec l’histoire du Festival de Cannes. 

Le Martinez est reconnaissable parmi tous. Avec sa façade blanche, ses balcons bleus et les colonnes des balcons du dernier étage, l’hôtel cinq étoiles semble poser fièrement face à la Croisette. Construit entre 1927 et 1929, avec seulement deux étages et de nouveaux matériaux pour l’époque, il a depuis presque cent ans façonné sa légende au rythme du festival de Cannes. Yann Gillet, directeur général de l’hôtel depuis juillet 2019, l’assure : « On est l’hôtel des stars et des têtes couronnées. Et c’est toujours le cas aujourd’hui. C’est plus que jamais le cas. Les clients veulent se mettre dans les chaussures de stars. » 

Le Martinez et le succès des années 90

Le Martinez semble en effet avoir grandi en même temps que le festival de Cannes. Et pour Yann Gillet, les années 90 ont été une exposition extraordinaire pour l’hôtel : « C’est l’époque de Canal +, du plateau de Nulle part ailleurs, des blagues qui ont mal tournées, de Coluche dans la piscine… C’est aussi ce qui a propulsé le Martinez à un public plus large » sourit le directeur général. Mais le Martinez a dans son livre d’or bien d’autres anecdotes. Comme cette demande de mariage faite la veille pour le lendemain, ou encore cette montre qui n’existe que place Vendôme à Paris mais qu’il fallait porter sur le tapis rouge du festival seulement quelques heures plus tard. Ou encore cet ambassadeur de l’ONU arrivé de Suisse qui voulait passer par l’hôtel, dans la suite 320, là où il était né, lorsque son père, Maharaja, occupait deux étages de l’adresse.

Une année 2020 compliquée

« Le festival de Cannes c’est dix jours de rêves et de paillettes, de fun et de champagne. Mais ce n’est pas seulement ça qui a fait l’histoire du Martinez. C’est aussi tous les clients qui y ont séjourné. Quand on vient ici, on n’a pas l’impression d’être à l’hôtel, la chambre est très claire, la peinture est faite à la main… C’est le raffinement poussé à l’extrême. Et puis il y a également sa façade historique, sa position au milieu de la Croisette et la vue panoramique qu’il offre et qu’on est les seuls à avoir. » Mais l’année 2020 semble briller un peu moins pour l’hôtel du Martinez comme pour tous les établissements. Crise sanitaire liée à la Covid-19 oblige, le festival de Cannes n’a pas eu lieu au Palais, les événements, les séminaires et les salons ont tous été annulés. L’hôtel du Martinez a ainsi décidé de fermer en semaine, sauf pour les groupes, et de n’être ouvert aux individuels que le week-end. Pourtant, Yann Gillet semble rester positif. « Dès que les clients pourront de nouveau voyager, on rouvre. » 

L’Hôtel du Martinez, bientôt palace

Et l’histoire est encore loin d’être terminée : le Martinez a pour vocation de devenir le huitième palace de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Actuellement classé cinq étoiles, une labélisation pour devenir palace est en cours. Et après des mois de travaux, la troisième et dernière phase de rénovation est en cours. «  Nous allons révéler prochainement des nouvelles suites parmi lesquelles deux suites panoramiques dont l’ambiance est dédiée au cinéma, qui porteront le nom d’une actrice et d’un réalisateur qui ont marqué l’histoire du festival et de notre hôtel. Egalement à venir au printemps prochain, un espace de la tranquillité avec un jardin méditerranéen, un spa, une piscine » Des travaux d’une enveloppe globale de 150 millions d’euros, afin d’écrire une nouvelle page de son histoire. 

À LIRE AUSSI : Hôtels de légende de la Riviera : Le Cap-Eden-Roc et ses 150 ans d’histoire

À LIRE AUSSI : Hôtels de légende de la Riviera : Le Negresco, maison d’art et d’histoire

À LIRE AUSSI : Hôtels de légende de la Riviera : la Chèvre d’Or, élu meilleur resort de France

@Yann Gillet, directeur général de l’hôtel Martinez.