Journaliste, animatrice télé, productrice, photographe et conférencière, Leila est une femme-orchestre. Voguant aussi bien entre les métiers que les pays, la Monégasque d’origine marocaine représente une figure incontournable de détermination. Portrait.

C’est une femme pétillante qui s’est livrée à Monaco Tribune. En toute simplicité, vêtue d’une marinière et le visage lésé de tout artifice cosmétique, la journaliste s’installe devant son latte macchiatto. Un doux réconfort après l’effort. Dans le quartier de La Condamine, l’horloge annonce dix heures du matin, néanmoins la journée de la quadragénaire est déjà bien entamée. « Je reviens de la plage de Cap d’Ail, j’essaie d’y aller tous les matins. La température de l’eau est encore surmontable » s’amuse-t-elle. Son planning a beau être chargé, la diplômée de Sciences Po Paris – où elle a étudié le marketing politique – tient à ses habitudes : « Je dors à deux heures du matin pour me réveiller à six heures et demi. Auparavant, j’aimais les grasses matinées, mais je mesure ma chance de pouvoir amener mes enfants à l’école tous les jours. » En effet, il y a six ans, une petite fille est venue égayer la vie de cette super-maman, suivi d’un prince, deux ans plus tard. Une mission de plus dans la vie de la native de Casablanca qui représente une source d’inspiration à l’international.

Certains disaient que j’étais folle, d’autres que je représentais un modèle

Première femme marocaine à faire le tour du monde en solitaire

Sans faux-semblant, Leila Ghandi conte le début de sa carrière en 2005 : « Tout a commencé avec mes excursions à travers le monde. Au Maroc, j’étais l’insouciante qui voyageait seule, munie d’un sac à dos. » C’est dire que pour ses compatriotes, la polyglotte – qui maîtrise le français, l’arabe, l’anglais, l’espagnol et presque le chinois – est hors cases. « Certains disaient que j’étais folle, d’autres que je représentais un modèle » raconte-t-elle avec détachement. Peu importe les avis, la globe-trotteuse s’est toujours émerveillée d’autres cultures. D’abord sur Dailymotion et YouTube, ensuite sur la chaîne télévisée 2M Maroc dans sa série documentaire « Voyage avec Leila Ghandi ». Ses ambitions ? « Servir des propos, recueillir des témoignages, faire bouger les lignes en abordant des sujets à l’image du harcèlement sexuel en Égypte, l’islamisme en France, ou encore l’égalité homme-femme en Norvège.»

Une égérie L’Oréal qui le vaut bien

Au-delà de son franc-parlé, c’est le talent pluridisciplinaire de la Méditerranéenne qui lui a valu de nombreuses distinctions. Des titres tels que celui de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, délivré le par le ministère de la Culture français en 2014. « Les prix que je reçois sonnent comme des encouragements. Mais, la plus belle récompense, ce sont les messages que l’on m’envoie. Certains disent même que j’ai changé leur vie » explique t-elle avec tuméfaction. Le 7 septembre dernier, autre reconnaissance. Sur les réseaux sociaux, Leila annonce à ses 1 million de followers une collaboration avec le leader mondial de la beauté : L’Oréal Paris. D’un ton ironique, elle assure avoir répondu à la marque « Moi ? Vous êtes sûrs ? Je mesure un mètre soixante. » Accompagnée de huit femmes arabes d’horizons différents, elle prône l’émancipation féminine, l’esprit de solidarité et le combat contre les injustices. En d’autres termes, ces « power girls » s’exemptent des diktats. D’un trait de rouge à lèvres.

Monaco : point d’ancrage d’une globe-trotteuse

« Mon mari est monégasque. On a étudié, voyagé, travaillé à l’international. Une fois parents, on a choisi de poser nos valises à Monaco. » Une décision familiale loin d’être regrettée. Pour avoir vécu dans de nombreux pays, c’est en connaissance de cause que la journaliste porte un jugement sur la Principauté : « Il y a les avantages d’un village au sens de la convivialité, de la facilité à se déplacer. Puis les avantages d’une grande ville internationale en terme de programmation culturelle, sportive. Sans parler du fait que le ciel est souvent bleu » ajoute-t-elle en esquissant un sourire. Après une nomination dans la catégorie « Philanthropie » aux Influencer Awards 2019 de Monaco, Leila s’est lancée un nouveau défi : Monaco Impact Network. L’objectif ? Mettre en lumière par la puissance des médias « des role models comme sources d’inspiration et vecteurs de changement. »

View this post on Instagram

Always a great honor to speak at the United Nations and for United Nations agencies. My job as a public speaker is a gift because it enables me to try to have an impact and impulse change. My job as a moderator and master of ceremony is a gift because it enables me to meet very inspiring and committed people from across the globe. 🙏 Life is a journey, when you believe in yourself and work hard, you might get rewarded. .. .. #leilaghandi #un #unitednations @unfoundation @unwomen @unaoc @unitednations #monaco #morocco #speaker #piblicspeaker #moderator #masterofceremony #newyork #photography #photooftheday #women #empowerment #leadership #leader#change #changemaker #conference #summit #inspire

A post shared by Leila Ghandi (@leila_ghandi) on