Au terme d’une incroyable remontée rendue possible par une brillante stratégie de course en décalée et un rythme soutenu sur la piste, le pilote monégasque a terminé quatrième ce dimanche en Turquie, dans un Grand Prix remporté par Lewis Hamilton (Mercedes), devant Sergio Pérez (Racing Point) et Sebastian Vettel (Ferrari). Le Britannique est sacré champion du monde de Formule 1 pour la septième fois de sa carrière.

Il y aura forcément des regrets à l’arrivée, malgré cette remontée spectaculaire. Si la quatrième place de Charles Leclerc (Ferrari) était inespérée au départ, les faits de course ont bien failli conduire le pilote monégasque sur le podium du Grand Prix de Turquie, ce dimanche, à l’issue d’une course qui a sacré Lewis Hamilton (Mercedes) champion du monde de Formule 1 pour la septième fois, égalant le record détenu jusqu’ici par Michael Schumacher.

À la lutte pour la deuxième place dans les derniers virages de l’ultime tour de la course, Leclerc a profité d’une erreur de Sergio Pérez (Racing Point) pour récupérer le gain de la seconde position, avant de voir le Mexicain lui repassé devant quelques mètres plus loin, avec Sebastian Vettel (Ferrari) dans son sillage. Une bataille intense entre les trois pilotes, qui a privé Leclerc d’un troisième podium cette saison, qui aurait couronné de succès un Grand Prix parfaitement mené par le pilote Ferrari.

Une remontée incroyable après un départ compliqué

Après un départ compliqué, Charles Leclerc a en effet dégringolé jusqu’au 16e rang. En difficulté avec sa Ferrari, le Monégasque a fait le choix avec son ingénieur de course de chausser en premier les pneumatiques pluie intermédiaires. De quoi signer rapidement les records de secteurs et remonter dans le classement, jusqu’à entrer dans les points en quelques tours, en prenant le meilleur notamment sur Kimi Raïkkönen (Alfa Romeo) et Kevin Magnussen (Haas). Dans un très bon rythme sur un piste qui s’est asséchée au fil des tours, Leclerc a continué de grappiller des positions grâce à un deuxième arrêt prématuré qui lui a permis de chausser de nouvelles gommes intermédiaires et d’enchaîner les records du tour peu après la mi-course.

Héroïque, le Monégasque a tour à tour dépassé Alex Albon (RedBull) et Lance Stroll (Racing Point) avant de s’attaquer à son coéquipier Sebastian Vettel (Ferrari) pour le gain de la quatrième place, puis de récupérer la troisième place au jeu des arrêts aux stands. Dans la course pour la deuxième position jusqu’au derniers hectomètres du Grand Prix, Leclerc doit finalement à l’arrivée se contenter de la quatrième place, au pied du podium, juste derrière son coéquipier. Mais en partant depuis la quatorzième position sur la grille, le Monégasque a signé une folle remontée. Le grand bonhomme de ce Grand Prix de Turquie, ce dimanche, c’était lui.