Ce lundi 14 décembre s’est tenue la réunion annuelle des bureaux de promotion de la Principauté à l’étranger, menée par la Direction du Tourisme et des Congrès de Monaco (DTC). Au cœur des discussions ? Le point sur la saison et la place du développement durable dans la relance.

« Avec la Covid-19, nous sommes bien au-delà de l’impact ressenti par le tourisme mondial lors des deux dernières crises majeures, en 2001-2002 suite aux attentats du World Trade Center et en 2009 suite à la crise financière. » Le moins que l’on puisse dire, c’est que Guy Antognelli, Directeur du Tourisme et des Congrès, a donné le ton.

>> À LIRE AUSSI : Aéroport Nice-Côte d’Azur : « Pas de retour à la normale avant 2024 »

Lors d’une présentation d’ouverture « Bilan et Stratégie » – mêlant virtuel et présentiel – au Grimaldi Forum, il a dressé les conséquences de la pandémie sur la destination Monaco. Ainsi, à la fin novembre 2020, il y a lieu de constater « moins 59 % de chambres vendues, un prix en baisse de 10,5 % et un revenu par chambre en chute libre de 63 %. »

Reconstruction du modèle touristique

Guy Antognelli a également présenté les stratégies de reconquête du marché. Parmi les axes de réflexion ? La responsabilité sociale et environnementale. C’est pourquoi la DTC, accompagnée de la Mission de la Transition Energétique, de la Direction de l’Environnement et différents partenaires, ont initié un livre blanc mettant en lumière le tourisme vert.

Travel Club Monaco

>> À LIRE AUSSI : Tourisme : Une chute vertigineuse du chiffre d’affaires sur la Côte d’Azur en 2020

Ses objectifs ? « Participer, directement ou indirectement, à la totalité des objectifs de développement durable fixés par l’ONU (…) [et] répondre aux demandes d’une clientèle sensible et exigeante sur cette thématique. » Vous l’aurez compris, voyager responsable promet d’être la nouvelle tendance dans les années à venir.