En route pour décrocher la sixième Coupe de France de leur histoire, les Monégasques se sont inclinés (0-2) face au Paris Saint-Germain, ce mercredi soir au Stade de France.

La belle histoire a pris fin. Il s’agissait de la 10e finale de Coupe de France disputée par les Monégasques dans l’histoire du Club (5 victoires, 4 défaites).

Avant le coup d’envoi de la rencontre, suivant le traditionnel protocole d’avant-match, le Président de l’AS Monaco Dmitri Rybolovlev et l’entraîneur Niko Kovac ont présenté la formation monégasque au Président de la République Emmanuel Macron, accompagné du Président de la Fédération Française de Football Noël Le Graët et le Président du PSG Nasser al-Khelaïfi.

© AS Monaco

Pour sa première saison sur le banc de l’AS Monaco, Niko Kovac, vainqueur de la Coupe d’Allemagne à deux reprises en 2018 et 2019, espérait ramener sur le Rocher la Coupe de France, que l’AS Monaco n’avait plus gagné depuis 1991. Mais au terme d’une finale assez fermée dans l’ensemble, le Paris Saint-Germain a profité des erreurs monégasques pour priver l’AS Monaco d’un immense bonheur.

>> À LIRE AUSSI : Les notes des joueurs de l’AS Monaco face au Paris Saint-Germain

Travel Club Monaco

En contrôlant mal une passe de Radoslaw Majecki aux abords de la surface devant Kylian Mbappé en début de match, Axel Disasi a pénalisé son équipe en permettant au PSG d’ouvrir le score par l’intermédiaire de Mauro Icardi (0-1, 19′). Une erreur qui a pesé dans les têtes. Si le Paris Saint-Germain n’a pas été transcendant, jamais les Monégasques n’ont été réellement en mesure d’égaliser.

Les yeux désormais rivés sur Lens

Si Gelson Martins aurait pu relancer les siens en deuxième période, son centre-tir a trouvé la barre de Keylor Navas (69′). Et Paris a fini par trouver la faille une seconde fois, grâce à Mbappé, buteur sur un service parfait d’Angel Di Maria (0-2, 81′).

« Nous pouvons être fiers d’avoir atteint cette finale ici au Stade de France contre le PSG. Dans le football, vous ne pouvez rater un penalty que si vous le tirez, et vous ne pouvez perdre une finale que si vous la jouez. C’était un moment important pour nous, pour le Club, » a confié Niko Kovac en conférence de presse.

>> À LIRE AUSSI : Wissam Ben Yedder, sélectionné pour l’Euro avec les Bleus : « Un immense honneur »

C’était la première finale du Club en Coupe de France depuis 2010, mais elle n’a malheureusement pas rajouté ce trophée prestigieux aux palmarès du club de la dernière décennie sous la présidence de Rybolovlev (le titre de Champion de France en 2017, demi-finale en Ligue des champions la même année, ainsi que cinq podiums consécutifs en Ligue 1).

Les Monégasques ont désormais trois jours pour bien se reposer, avant de se rendre sur la pelouse de Lens ce dimanche (21h) à l’occasion de la dernière journée de Ligue 1. Une rencontre cruciale, qui pourrait permettre à l’AS Monaco de terminer sur le podium et de retrouver la Ligue des champions la saison prochaine.