Le boxeur monégasque s’apprête à disputer le tournoi de qualification olympique (4-9 juin) avec l’ambition de valider son billet pour les prochains Jeux Olympiques de Tokyo.

« Je n’ai jamais été aussi bien physiquement que mentalement. » Hugo Micallef se sent prêt. Cela tombe bien, car le boxeur de la Principauté (-69 kg) s’apprête à relever un défi de taille : celui de participer aux prochains Jeux Olympique de Tokyo (23 juillet-8 août).

>> À LIRE AUSSI : Boxe : Entretien avec Hugo Micallef, en route pour Tokyo

Pour s’y faire, Hugo Micallef devra terminer à l’une des six premières places du TQO de Villebon. « Le travail effectué depuis des mois a porté ses fruits, avec beaucoup de rigueur et d’exigence, confie le proche de Charles Leclerc, qui s’entraîne depuis quelques semaines aux Îles Canaries, sous la houlette de son nouveau coach, Carlos Formento et de son préparateur physique, Thomas Cretot. J’ai gagné en puissance et aussi en rapidité. Tout cela se ressent sur le ring. »

Un combat féroce en perspective face à Pat McCormack

Un peu plus d’un an après, Hugo enfilera à nouveau les gants pour le tournoi qualificatif olympique qui l’avait vu, le 16 mars 2020, débuter de manière idéale, en s’imposant face au Serbe Milan Vrankovic. Interrompue à cause de la Covid-19, la compétition se poursuit non plus à Londres mais à Villebon (Essone), où le représentant de la Principauté affrontera en 8e de finale le Britannique Pat McCormack.

Travel Club Monaco

>> À LIRE AUSSI : Xiaoxin Yang première monégasque qualifiée pour Tokyo

Un adversaire de taille. « Ça s’était joué à peu de choses, se souvient le Monégasque, qui s’était incliné contre lui en finale lors des Jeux européens de Minsk en 2019. Son style de boxe ressemble au mien. Lui est assez offensif. Tout va se jouer sur la stratégie que je vais mettre en place. » S’il venait à se qualifier pour Tokyo, Hugo Micallef deviendrait le premier boxeur monégasque à représenter la Principauté aux Jeux Olympiques. Avec un rêve fou, celui de ramener une médaille. Avant de passer ensuite professionnel. « Ce sera une tout autre préparation physique et une approche différente des combats. Je n’ai pas d’appréhension. Depuis tout petit, j’ai cette envie. »