Le constructeur monégasque de véhicules électriques hautes performances, Venturi, a présenté ce mardi le nouvel Antarctica, premier engin d’exploration polaire zéro émission. À cette occasion, l’ancien prototype, qui avait réalisé une expédition au Canada en 2019, a été offert au Prince Albert II.

Alors que se profile la journée mondiale de l’environnement, qui se tiendra le 5 juin prochain, la dernière version du mythique Antarctica a été présentée ce 1er juin au Souverain, dans les locaux de Venturi.

L’occasion pour le Prince Albert II de se rappeler au bon souvenir de son expédition au Canada, où il avait pris les commandes de l’ancien modèle sur une section de près de 42 km à flanc de montagne, entre Dease Lake et Telegraph Creek, sur les terres des indiens Tahltan.

>> À LIRE AUSSI : Gildo Pastor, pour l’amour du sport automobile

En 2009, à la suite d’un voyage en Antarctique, le Prince Albert II avait fait part à Gildo Pastor, président de Venturi, que les stations de recherche scientifique ne disposaient pas de véhicules non-polluants.

Le constructeur monégasque s’était alors vu confier par la Fondation Prince Albert II la mission d’apporter une solution zéro émission permettant l’accès aux zones d’études scientifiques.

©Venturi

Un véhicule unique au monde

Depuis, ce sont successivement trois versions du véhicule qui ont été conçues. La dernière-née, présentée ce mardi au Souverain, sera opérationnelle dès le 7 décembre prochain auprès de la base scientifique belge Princess Elisabeth, en Antarctique.

Avec ses banquettes longitudinales rabattables, le nouveau véhicule peut embarquer entre 1 à 6 personnes, du matériel et même une seconde batterie afin de prolonger l’autonomie initiale de 50 kilomètres.

>> À LIRE AUSSI : Nouveau record du monde pour la moto électrique de Venturi

« Avec Venturi Antarctica, les scientifiques… pourront mener leurs recherches de manière optimale, sans polluer ces sites où la qualité des analyses se joue à la molécule près, confie Gildo Pastor. Nous sommes fiers d’avoir développé une technologie répondant à la mission que la Fondation Prince Albert II nous avait confiée. »