Animé par la course automobile depuis sa plus tendre enfance, l’homme d’affaire et entrepreneur monégasque Gildo Pastor, propriétaire de Venturi, nous a livré de nombreuses anecdotes sur le lien intime qu’il entretient avec sa passion de toujours. 

« Tu es un très bon pilote, tu vas vite, tu n’as fait aucune erreur, mais tu n’as pas la classe, ce petit quelque chose en plus. » Ces mots ont longtemps raisonné dans sa tête. Ce jour-là, en plein milieu du maquis, dans les immenses plaines d’Argentine, Gildo Pastor a compris qu’il ne serait jamais champion du monde de Formule 1. Invité à passer Noël dans la famille de sa petite amie de l’époque, fille d’un pilote de F1 connu dans les années quatre-vingt, le jeune monégasque se voit proposer un test grandeur nature, au volant d’une Peugeot 505 turbo.

Il fallait rouler le plus vite possible pour passer avant le train qui coupait la route

« Il voulait voir ce que j’avais dans le ventre », sourit-il. Sur une route morcelée, le pilote argentin ouvre le bal et lui fait une démonstration de l’exercice du jour. « Il fallait rouler le plus vite possible pour passer avant le train qui coupait la route. » Tel un funambule inconscient, avide de sensations fortes, Gildo Pastor s’élance et accélère, jusqu’à ce que le train se rapproche dangereusement.

>> À LIRE AUSSI : Jacky Ickx : « Charles Leclerc est une bénédiction pour la Principauté »

À quelques secondes près, le jeune homme de dix-huit ans est obligé de freiner fort, à quelques mètres des rames, laissant le convoi poursuivre son chemin. Si une partie de ses rêves se sont brisés ce jour-là, une autre phrase prononcée par le pilote argentin est restée ancrée dans sa mémoire. « Il m’a dit : « ce qui me fascine, c’est que tu es bon pour la mise au point. Fais de la compétition, ne change rien, car si tu es bon dans la mise au point, tu serviras un jour à un pilote à aller plus vite. » Une vocation est née.

Travel Club Monaco

Lancé à près de 300 km/h sur la glace 

Au gré des rencontres, de Mika Häkkinen à Jyrki Järvilehto, Gildo Pastor mène sa carrière de pilote automobile, notamment en Porsche Supercup. Mais le goût des records et de la compétition vont le pousser à relever un premier grand défi : celui de battre le record du monde de vitesse sur glace. « Avec JJ Lehto (le diminutif de Jyrki Järvilehto), qui à ce moment-là était pilote chez Ferrari en Formule 1, on a voulu essayer ensemble une Bugatti. » 

Nous avons roulé sur de la glace vive, qui fondait avec le soleil.

Direction Modène donc, en Italie. « Je connaissais bien le patron de Lamborghini à cette époque, qui nous a présenté à Bugatti. Je trouvais la EB110 SS performante et j’ai demandé si on pouvait me la prêter pour décrocher le record du monde de vitesse sur glace. » Un mois plus tard, Gildo Pastor s’envole pour la Finlande, sur les mers glacées d’Oulu. « Nous avons roulé sur de la glace vive, qui fondait avec le soleil, se remémore-t-il. Michelin nous avait dit que nous n’y arriverions pas. C’était un enfer. Mais nous l’avons fait. »

Gildo Pastor et la fameuse Bugatti EB110 avec laquelle il a établi le record du monde de vitesse sur glace en 1995.

Le 3 mars 1995, avec une pointe de vitesse à 296 km/h, le record est battu. « Nous sommes ensuite allés exposer la voiture au salon de Genève. » C’est alors qu’un homme passe devant le véhicule, s’arrête, commence à échanger avec Gildo et lui donne sa carte de visite. « Il s’agissait d’Edouard Michelin. » Une rencontre, une de plus, qui va conduire l’entrepreneur monégasque dans une nouvelle aventure. 

>> À LIRE AUSSI : ENTRETIEN. Maro Engel (Mercedes AMG) : « Je rêve de participer aux 24 Heures du Mans »

« J’ai appris qu’il avait des parts dans Bugatti. La marque a fait faillite. Je me suis alors demandé si j’allais être le repreneur. » La réponse est oui. Après quelques années à la tête de la marque française et un procès remporté face à Volkswagen, Gildo Pastor observe de loin la situation délicate de Venturi, qui fait faillite en 1999. « Sur trente-cinq offres, j’ai fait la plus basse. Mais j’étais le seul à dire que je prenais tout pour mettre à Monaco. »

Des Venturi bientôt sur la Lune ? 

Avec un projet 100 % électrique pour la marque et une offre légèrement revue à la hausse, le fils du chirurgien-dentiste monégasque Claude Pallanca devient officiellement propriétaire de Venturi le 12 juillet 2000. Aux côtés de l’ancien ingénieur d’Ayrton Senna, Gérard Ducarouge, les premiers châssis sont développés. Les premiers modèles suivent, sur le modèle de Bugatti, forcément. « C’était un peu notre âme. » En parallèle du redressement du constructeur français, désormais monégasque, les premiers records de vitesse sont lancés et deviennent la marque de fabrique de Venturi.

 J’ai décidé de lancer une compagnie en enrôlant des gars de la NASA

Record du monde de vitesse en véhicule électrique (549 km/h), record avec un véhicule hydrogène (487 km/h), record avec une moto électrique (408 km/h), tous les records tombent, ou presque. Et l’engagement en Formule E se dessine, lui aussi. Venturi est l’un des constructeurs pionniers de la discipline, engagé dès le premier championnat du monde de Formule E, en 2014. « J’étais très malade*, je ne parlais pas, je ne bougeais pas, mais j’avais gardé la foi. Je voulais faire réussir cette affaire. »

>> À LIRE AUSSI : Formule E : Tout ce qu’il faut retenir du ePrix de Rome

À présent tourné vers le futur, Gildo Pastor rêve de rouler un jour sur la Lune. En mars 2019, celui qui admire Charles Leclerc se rend au siège de SpaceX, entreprise américaine spécialisée dans l’astronautique et le vol spatial, fondée par Elon Musk. « J’ai décidé de lancer une compagnie en enrôlant des gars de la NASA qui ont fait un Rover qui est allé sur Mars pour en créer un qui pourra aller sur la Lune, ce qui est beaucoup plus dur, puisque les conditions de températures sont extrêmes. » Un rêve fou, qui pourrait se concrétiser dans les trois années à venir. « Elon Musk évoque 2024. Mais je fais comme si c’était dès 2022. Nous mettons tout en œuvre pour atteindre cet objectif rapidement. » À 54 ans, Gildo Pastor et sa passion pour les véhicules terrestres, et bientôt lunaires, n’ont pas fini de nous surprendre.

*Gildo Pastor a subi une longue hospitalisation en 2014.