Les hommes de Jéméry Aicardi se sont inclinés en finale du tournoi face au Barbarians (14-40) sur la pelouse de Paris-La Défense Arena.

Il y avait forcément des regrets après cette finale perdue. Mais l’essentiel est ailleurs pour les rugbymen monégasques. En devenant vice-champion de France de rugby à 7 pour la première fois de leur histoire, pour leur deuxième participation seulement à l’In Extenso Supersevens, les Monégasques ont une nouvelle fois prouvé qu’il fallait désormais compter sur eux.

>> À LIRE AUSSI : PORTRAIT. Jérémy Aicardi (Monaco Rugby Sevens), le 7 dans la peau

Comme nous confiait Jérémy Aicardi il y a quelques semaines lors des Sportel Awards, le parcours de Monaco Rugby Sevens est à peine croyable, tant les Monégasques ont performé ces dernières années. Et que dire de cette saison, qui a vu MR7s décrocher deux étapes sur les trois qui se sont déroulées à Aix-en-Provence, Toulouse et La Rochelle.

Prometteur pour la suite

À Paris, qualifié parmi les huit meilleures équipes françaises, Monaco Rugby Sevens avait l’occasion de glaner un nouveau titre, le plus beau de son histoire. Mais malgré les renforts de Dan Norton et Cecil Afrika, les protégés de Jérémy Aicardi se sont inclinés en finale face aux Barbarians (14-40), après avoir pourtant écarté La Rochelle et le Racing 92.

>> À LIRE AUSSI : Monaco Rugby Sevens récidive et décroche sa deuxième victoire en Supersevens

Menés 21-0, les Monégasques ont inscrit deux essais dans cette finale, notamment par l’intermédiaire de Dan Norton, mais ont fini par s’incliner en encaissant cinq essais au total, alors que Cecil Afrika est sorti sur blessure. Mais avec ce titre de vice-champion de France, MR7s prouve une nouvelle fois que Monaco a tout pour devenir une véritable terre de rugby.