Le pilote monégasque a terminé deuxième du Grand Prix d’Arabie Saoudite après avoir longtemps mené la course, jusqu’à quelques tours de l’arrivée.

Charles Leclerc peut nourrir quelques regrets. Alors qu’il se dirigeait vers une deuxième victoire consécutive après son succès de la semaine dernière à Bahreïn, le pilote de la Scuderia Ferrari a vu Max Verstappen lui ravir la première place dans les derniers tours de course.

LIRE AUSSI : Grand Prix de Bahreïn : Charles Leclerc et la Scuderia Ferrari au septième ciel

Une lutte acharnée entre les deux pilotes qui a été rendue possible suite à l’apparition d’une safety car après la violente sortie de piste de Nicolas Latifi (Williams) en début de course. En tête après s’être élancé en pole position, Sergio Perez (Red Bull) a fait les frais de cette mésaventure en ressortant derrière Charles Leclerc et Max Verstappen, qui ont pu s’arrêter aux stands sous safety car.

Leclerc-Verstappen, le duel s’annonce électrique

En tête du Grand Prix durant une grande partie de la course, Leclerc a finalement vu le champion du monde en titre lui rafler la victoire en fin de course. Un mano à mano palpitant entre les deux pilotes, bien partis pour se livrer une bataille légendaire cette saison pour le titre de champion du monde. En attendant de voir si Lewis Hamilton (Mercedes), dixième du Grand Prix, arrive à se mêler à la lutte lors des prochaines courses.

LIRE AUSSI : Avec sa nouvelle Ferrari F1-75, Charles Leclerc affiche ses ambitions

Au championnat du monde, Charles Leclerc est toujours en tête (45 points), devant Carlos Sainz (33 points) et Max Verstappen (25 points). Une excellente entame de championnat pour le Monégasque. Prochain Grand Prix, dans quinze jours en Australie, sur le circuit de Melbourne.

Les mots de Charles Leclerc : « J’ai adoré cette course. C’était une course dure, mais juste. Toutes les courses devraient être disputées comme celle-là. Je suis évidemment déçu, j’aurai voulu gagner. Mais cela reste une course phénoménale. Nous avons attaqué comme jamais, à la limite absolue. Nous avons pris des risques. Bravo à Max pour sa victoire. »