Récit

Eric Rinaldi, dernier pêcheur de Monaco, perpétue l’héritage de ses ancêtres

peche record
© DR

Une passion qu’Eric Rinaldi a partagé avec la BBC qui a publié un article sur lui, jeudi 8 décembre.

Entouré de yachts plus grands les uns que les autres, le bateau de pêche d’Eric interpelle dans le port de Monaco. Chrissie McClatchie revient sur la vie unique d’Eric Rinaldi, seul pêcheur encore en fonction à Monaco, dans son article intitulé « Le dernier pêcheur de Monaco » (The last fisherman in Monaco).

C’est dans la nuit noire, éclairé par les lumières de Monaco, qu’Eric Rinaldi commence le plus souvent son travail. La journaliste explique combien il est sportif d’embarquer sur le bateau du célèbre pêcheur monégasque puisqu’aucun ponton n’existe à la différence des yachts.

Pourtant, la pêche était jadis une source de revenus considérable pour les Monégasques qui revendaient leurs prises directement sur les quais ou sur le marché de la Place d’Armes. Cependant, depuis les années 60, les pointus ont disparus progressivement pour laisser place aux yachts rutilants. 

Les pêcheurs ont connu le même déclin, leurs descendants préférant se tourner vers des métiers moins difficiles. Mais la famille Rinaldi et en particulier Eric, perpétuent ce métier de génération en génération depuis que l’arrière-grand-père Adolphe a commencé à pêcher dans les eaux monégasques vers 1900.

La quatrième génération de pêcheurs

Eric est ainsi la quatrième génération de la famille à préserver l’héritage familial. Une passion qui l’a gagné très tôt comme en témoigne sa mère : « Déjà bébé, il pensait déjà à la pêche, presque avant même de pouvoir parler. »

Tout ce qu’il sait, Eric Rinaldi le tient de son père, André, qui lui a légué toutes les techniques de pêche mais aussi appris à lire la Méditerranée, une mer capricieuse où les conditions peuvent changer en une demi-heure.

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Anthony Rinaldi, pour l’amour de sa famille

La journaliste explique que le plus grand luxe de Rinaldi est une vieille machine Nespresso, « l’un des rares conforts parmi le fouillis de filets, hameçons, bouées et autres outils. »

C’est ainsi que sur son nouveau bateau « Diego », du nom de son fils, Eric Rinaldi continue de nourrir les habitants de la Principauté d’une pêche on ne peut plus fraîche et locale. De jolies prises qu’il revend à la Pêcherie U Luvassu au 8 quai de l’Hirondelle. D’ailleurs, en juin dernier, Eric avait eu le plaisir de pêcher le plus gros thon rouge de Monaco, il pesait 180 kilos.