Récit

La police contrôle deux individus sur un banc et découvre leur butin volé au supermarché Casino

supermarche-casino
© Jérôme Louveton via Facebook

Les deux hommes ont été jugés mardi 29 novembre dernier devant le tribunal correctionnel de Monaco.

Seul l’un des deux prévenus s’est présenté à l’audience, un homme d’une trentaine d’année né à Minsk en Biélorussie. À la recherche d’un emploi, ce Cannois a été contrôlé à Monaco le 2 septembre dernier, aux côtés d’un autre homme âgé de 45 ans.

Peu avant 6 heures du matin, la police procède à un contrôle de ces individus qui semblaient somnoler sur un banc de la Principauté, rue Grimaldi. À côté d’eux, un sac de courses Casino rempli de divers objets : rasoirs, lubrifiant, parfums, whisky et bières.

Les agents les interrogent : « d’où proviennent ces articles ? ». Les deux hommes sont incapables d’apporter une justification, ni même de présenter un ticket de caisse. Ils expliquent cependant être arrivés le matin depuis Cannes en voiture et être tombés en panne.

Ce que révèle la vidéosurveillance

Les forces de l’ordre se dirigent donc vers le supermarché situé Boulevard Albert 1er, mais sur les images de vidéosurveillance, les individus n’apparaissent pas en train de voler. « Les caméras ne couvrent pas tous les angles du magasin », précise toutefois le Président à la lecture du dossier. L’un des deux hommes est même aperçu en train de payer un soda et une bouteille d’eau. Mais était-ce pour noyer le poisson ?

À la barre, le prévenu, déjà condamné pour usage de stupéfiants et conduite sans permis, et sous l’emprise d’un état alcoolique, explique que ces objets ont été achetés par la personne qui l’accompagnait à deux autres russophones dans la rue. « J’ai rien volé et je n’ai rien à me rapprocher », maintient-il.

LIRE AUSSI : Ivre, il percute la barrière d’un parking en voulant changer sa voiture de place et se retrouve devant le tribunal

Pour le Procureur cela ne fait aucun doute : les fournitures du supermarché sont qualifiées de vol et le butin plus précieux de recel. Il requiert alors 15 jours de prison avec sursis pour le prévenu présent et 1 mois de prison ferme pour l’absent, notamment à cause de son casier judiciaire beaucoup plus important et de ses anciennes condamnations pour vol. Après délibération, le tribunal a décidé de suivre les réquisitions du Ministère public.