Faced with the increased number of Uber vehicles on Monegasque territory, and without any legal authorisation to operate, nor the sticker required by Sovereign Order n°1.720 for foreign vehicles, the Government of Monaco has decided to take a regulatory measures to formally confirm its ban on the territory.

 

Thus Government Counsellor-Minister of Finance and Economy Jean Castellini, stated that Sovereign Order n°1.720 of 4th July 2008 on the regulation of taxis, delivery vehicles, town service vehicles and motorcycles has been amended to include “on request.”

 

He said that “any foreign platform for bringing together professional drivers and private individuals is strictly forbidden on the territory of the Principality. The only tolerance may be accepted when a client is dropped off in the Principality after being picked up outside of the Principality.”

 

View this post on Instagram

[#UBER] Face à l’augmentation du nombre de véhicules de type « UBER » sur le territoire monégasque, et ce sans aucune autorisation d’exercer, ni vignette prévue à l’article 45 de l’Ordonnance Souveraine n°1.720 pour les véhicules étrangers, le Gouvernement Princier a décidé de prendre une mesure réglementaire spécifique à cette activité afin de confirmer formellement l’interdiction de ce type de service sur le territoire. Ainsi, Jean Castellini, Conseiller de Gouvernement – Ministre des Finances et de l’Économie, précise que l’Ordonnance Souveraine n°1.720 du 4 juillet 2008 relative à la réglementation des taxis, des véhicules de remise, des véhicules de service de ville et des motos à la demande, modifiée, a été renforcée sur ce point en précisant : « Toute plateforme étrangère de mise en relation entre chauffeurs professionnels et particuliers est strictement interdite sur le territoire de la Principauté. Seule une tolérance pourra être acceptée lors de la dépose en Principauté d’un client chargé à l’extérieur de la Principauté. » De ce fait, le Gouvernement Princier souhaite attirer l’attention des utilisateurs de ce type de plateforme sur l’activité frauduleuse de ces chauffeurs à Monaco et rappelle que les acteurs de la Principauté en ce domaine, à savoir les taxis et les véhicules de grande remise avec chauffeurs, regroupent plus de 220 véhicules disponibles 24h/24h sur tout le territoire. Enfin, le Gouvernement Princier ne manquera pas de contacter à nouveau les représentants de la société UBER afin qu’ils sensibilisent une nouvelle fois leurs chauffeurs « sur la réglementation en vigueur en Principauté ». ➡️ www.gouv.mc © DR

A post shared by Gouvernement Monaco (@gvt_monaco) on

 

As a result, the Government of Monaco aims to draw the attention to Uber users to the illegal activity of these drivers in Monaco. It hopes to highlight the Principality’s own players in this field, which provide more than 220 vehicles available 24 hours a day throughout the territory.

 

Finally, the Prince’s Government will not fail to contact the representatives of the Uber company again so that they can once again make their drivers aware “of the regulations in force in the Principality”.

 

Uber is currently banned in France amongst drivers’ with no taxi licence and in 9 countries world wide is currently fully or partially banned.