A situation inédite, moyens exceptionnels. Un plan de deux millions d’euros vient d’être annoncé par le Comité régional du tourisme Côte d’Azur afin de soutenir les professionnels du secteur et de relancer l’activité mise à mal par la crise du Covid-19.

Le tourisme sur la Côte d’Azur représente 15% du PIB, contre 7,2% sur l’ensemble du territoire français. 150 000 emplois directs ou indirects en dépendent. 11 millions de touristes viennent chaque année et 40% de la richesse azuréenne dépend du tourisme. Bref, autant dire que l’enjeu est colossal. Avec la pandémie de Coronavirus, et le confinement qui en a découlé, c’est tout une économie et avec elle des entrepreneurs et des emplois qui sont menacés. Claire Béhar, directrice générale du Comité régional du tourisme Côte d’Azur France (CRT Côte d’Azur France) en fait le triste constat : « Il y a eu un choc sur l’offre et un choc sur la demande. D’un coup, tout s’est arrêté, il n’y avait plus d’anticipation, ni de réservation, ni de perspective ». Et ce à au printemps, une saison déterminante pour préparer l’été.

Un grand plan de 2 millions d’euros

Mais désormais l’heure est à l’action pour le CRT Côte d’Azur France. Voilà pourquoi, les professionnels du tourisme azuréen, aidés de leur co-financeurs, ont lancé un grand plan de 2 millions d’euros. Objectif : revoir la programmation de l’année qui visait à la base à séduire la clientèle internationale, comme les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mauvais timing.

Objectif : séduire le marché français

Le plan comporte donc différents volets. « Le premier est de relancer l’activité touristique à court terme, c’est-à-dire sur juin, juillet et août. Pour cela, 80% de ce budget vise à séduire le marché français. » explique Claire Béhar. Une grande campagne d’affichage va être lancée d’ici le mois prochain à Paris, Lyon et dans le Grand Sud afin de séduire notamment les Français qui ne pourront pas partir à l’étranger. « Durant le confinement, on a lancé l’opération « Fenêtre sur la Côte d’Azur » afin de garder un lien sur les réseaux sociaux. Maintenant que le déconfinement a eu lieu, on propose « Changez de décor » car avec toute cette situation on a envie de voir autre chose ». Des spots TV mettant en avant les charmes de la région seront également diffusés.

Dans l’attente d’une ouverture des frontières

D’autres actions vont être mises en place comme l’accueil de journalistes et de blogueurs, des ventes de nuitées hôtelières via des transporteurs et des grandes plateformes, le lancement d’un pass 3 ou 5 activités afin de venir en aide aux prestataires de loisirs, une marketplace pour réserver les activités directement… Des actions également pour cibler le marché européen proche comme l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni dans l’expectative d’une ouverture des frontières.

Se réinventer ou garder les portes fermées

Mais LA grande condition pour sauver la saison touristique sur la Côte d’Azur sera sans équivoque la réouverture des bars, cafés et restaurants, tant espérée pour le 2 juin. Le gouvernement doit se prononcer en début de semaine prochaine à ce sujet. Pour Claire Béhar, « c’est indispensable. Ces entrepreneurs continuent à avoir des charges, des pertes, même si l’état a pris de bonnes mesures pour éviter les faillites à court terme. Il faut désormais rouvrir pour éviter les catastrophes à moyen terme. Mais ouvrir dans les bonnes conditions sanitaires. » Et tout l’enjeu est là. Certains établissements azuréens qui fonctionnent avec jusqu’à 70% de la clientèle étrangère vont devoir choisir entre se réinventer ou garder leurs portes fermées.

Par Claire Guillou