Premier véritable rendez-vous de la saison, le meeting Herculis EBS de Monaco s’apprête à accueillir des grands noms de l’athlétisme sur la piste du Louis-II, ce vendredi soir à partir de 19h40. Zoom sur une poignée d’entre eux, qui pourraient bien profiter du rendez-vous monégasque pour établir de nouveaux records.

Armand Duplantis (saut à la perche)

À seulement 20 ans, l’Américano-suédois est la nouvelle star de la perche. Le 8 février dernier, avec un saut à 6,17 m réalisé à Toruń (Pologne), le natif de Lafayette en Louisiane battait le record du monde de la discipline en effaçant le précédent record détenu par le Français Renaud Lavillenie. Une marque améliorée une semaine plus tard à Glasgow (Écosse) avec un saut en 6,18 m. De quoi faire d’Armand Duplantis la nouvelle coqueluche de l’athlétisme et l’un des nouveaux visages qui compte dans le paysage sportif mondial.

Désireux d’améliorer encore son record – à Liévin puis à Clermont-Ferrand, il a tenté plusieurs sauts à 6,19 m – « Mondo » Duplantis se présente à Monaco avec des ambitions, lui qui avait échoué d’un cheveu l’an dernier, dans un concours remporté par le Polonais Piotr Lisek (6,02 m), qui cette année encore, sera son principal concurrent, au même titre que l’Américain Sam Kendricks.

Armand Duplantis pourrait s’envoler haut dans le ciel de la Principauté ce vendredi soir.

Karsten Warholm (400 m haies)

Champion du monde du 400 m haies en 2017 à Londres et en 2019 à Doha, champion d’Europe en 2018 à Berlin, champion d’Europe en salle du 400 m en 2019 à Glasgow, Karsten Warholm ne cesse d’impressionner sur le tour de piste depuis plusieurs années. À 24 ans, le Norvégien semble au sommet de son art et semble prêt à faire tomber les records, lui qui détient ceux du 400 m haies (46’92″‘) et du 400 m en salle (45’05″‘). En forme dans ce début de saison bouleversé par la pandémie de Covid-19, le natif d’Ulsteinvik a explosé le record du monde du 300 m haies le 11 juin 2020 avec une marque à 33’78″‘.

« Nous sommes honorés d’accueillir pour la première fois à Monaco le Norvégien Karsten Warholm sur 400 m haies, un athlète au talent immense avec une aura extraordinaire, confiait pour Monaco Tribune le directeur du meeting Herculis, Jean-Pierre Schoebel. Nous n’avions pas prévu de mettre cette épreuve au programme, mais quand il nous a appelé pour nous signifier qu’il voulait venir courir ici, peu importe les conditions, nous n’avons pas hésité à programmer l’épreuve pour lui. »  Attendu comme le messie sur le Rocher, Karsten Warholm ne devrait pas décevoir.

Et si Karsten Warholm battait un record à Monaco ?

Sifan Hassan (5000 m)

Reine incontestée du demi-fond européen depuis plusieurs années, Sifan Hassan avait laissé un souvenir mémorable sur le Rocher l’an dernier. Recordwoman d’Europe du 1500 m et du 5000 m, la Néerlandaise d’origine éthiopienne s’était distinguée sur la piste du Louis-II en battant le record du 1000 m (4’12″33) et du 5 kilomètres (14’44). Une performance majuscule, qui n’a pas laissé insensible les spectateurs massés dans les gradins. Cette année, Sifan Hassan devra s’employer pour rééditer pareil performance, puisque la championne du monde du 3000 m steeple Béatrice Chepkoech a annoncé sa présence sur le 5000 m.

Sifan Hassan entend une nouvelle fois marquer de son empreinte le meeting Herculis de Monaco.

Yulimar Rojas (triple saut)

Le 21 février dernier, avec un bond de 15,43 m, la star vénézuélienne effaçait des tablettes le précédent record du monde en salle du triple saut, détenu depuis 2004 par la Russe Tatyana Lebedeva (15,36 m). De quoi inscrire son nom dans les livres d’histoire de la discipline, de nouveau plongée dans la lumière grâce au talent inée de cette jeune femme de 24 ans.

Quadruple championne du monde en titre (dont deux fois en plein air) du triple saut, Yulimar Rojas est la deuxième femme la plus performante de l’histoire. À Monaco, la native de Caracas ne devrait pas rencontrer trop de difficultés à remporter le concours. Mais l’essentiel est ailleurs pour la divine Rojas. Au sommet de sa carrière, celle qui est partie pour durer dans la discipline, pourrait bien profiter des conditions idéales de la Principauté pour épater à nouveau le monde de l’athlétisme. Avec un nouveau record à la clé ?

Yulimar Rojas devrait sauter très, très, très loin au Louis-II.

Joshua Cheptegei (10 000 m)

Star parmi les stars, l’Ougandais gravite sur une autre planète depuis quelques années. Après avoir pulvérisé le record du monde du 5 km en février dernier à Monaco (12,51, contre 13’18 pour le Français Jimmy Gressier, deuxième), Joshua Cheptegei (23 ans) retrouve la Principauté ce vendredi soir avec l’ambition de briller une nouvelle fois sur le Rocher. Champion du monde du 10 000 m avec un temps établit en 26’48″36 à Doha en 2019, l’inépuisable Cheptegei détenait également le record du monde du 10 km (26’38), battu depuis par le Kényan Rhonex Kipruto (26’24). Après de longs mois sans compétition suite à la pandémie de Covid-19, le roi des longues distances sera évidemment l’immense favori du 5000 m lors de ce meeting Herculis, lui qui retrouvera comme lors du Monaco Run, le Français Jimmy Gressier, pour un duel qui s’annonce grandiose.

Joshua Cheptegei se sent comme chez lui à Monaco, où il a récemment fait tomber le record du 5 km.

Mais aussi : Elaine Thompson (Jamaïque, 200 m), Beatrice Chepkoech (Kenya, 3000 m), Grant Holloway (USA, 110 m haies), Orlando Ortega (Espagnol, 110 m haies), Donovan Brazier (USA, 800 m), Yaroslava Mahuchikh (Ukraine, saut en hauteur), Sam Kendricks (USA, saut à la perche), Piotr Lisek (Pologne, saut à la perche), Marie José Ta-Lou (Côte d’Ivoire, 100 m), Jimmy Gressier (France, 5000 m), Liv Westphal (France, 5 km), Wilhem Belocian (France, 110 m haies), Noah Lyles (USA, 200m).

*Blessé au quadriceps gauche à Turku (Finlande), Pascal Martinot-Lagarde est finalement forfait.