En l’espace de seulement deux mois, l’AS Monaco s’apprête à défier consécutivement tous les cadors ou presque de Ligue 1, à commencer par l’Olympique Lyonnais ce week-end. Un calendrier démentiel, qui devrait en dire long sur les ambitions réelles de l’ASM et sur la capacité des hommes de Niko Kovac à jouer les premiers rôles cette saison.

Rendez-vous compte. Lors des sept prochaines journées de championnat, soit quasiment jusqu’à la trêve hivernale, l’AS Monaco s’apprête à rencontrer tour à tour l’Olympique Lyonnais (25 octobre), les Girondins de Bordeaux (1er novembre), l’OGC Nice (8 novembre), le Paris Saint-Germain (22 novembre), le LOSC (6 décembre) et l’Olympique de Marseille (13 décembre). Seul le Nîmes Olympique, lors de la 12e journée (29 novembre), viendra s’intercaler au milieu de ces chocs face aux meilleurs équipes du championnat. C’est dire l’importance des semaines à venir pour les hommes de Niko Kovac, qui pourraient voir une partie de leur saison se jouer lors des prochaines journées.

Des précieux points perdus en route

Car jusqu’ici, hormis contre le Stade Rennais (2-1) lors de la quatrième journée, et dans une moindre mesure face à Montpellier (1-1) dimanche dernier à l’occasion de la septième journée, l’AS Monaco ne s’est encore jamais frotté au gratin du championnat. D’où la frustration permanente et l’amère sentiment de gâchis de l’entraîneur monégasque d’avoir laissé traîner de précieux points en route en ce début de saison.

« Nous avons dominé le match, nous avons eu la possession, de belles opportunités, mais malheureusement, nous concédons deux points, regrettait Niko Kovac en conférence de presse à l’issue du nul face à Montpellier. Quand on a l’opportunité de gagner, il faut gagner. Ces points compteront à la fin de la saison. Et si j’additionne Reims, Brest et aujourd’hui (Montpellier), on perd 7 points. C’est ce qui nous manque selon moi. »

Des automatismes à trouver

Irréguliers depuis le début de la saison, les Monégasques n’ont pas encore trouvé leur rythme de croisière (l’ASM a enchaîné une seule fois deux victoires consécutives) et Niko Kovac n’a pas encore tout à fait trouvé son équipe type, même si quelques têtes se détachent et enchaînent les matchs, à l’image de Benjamin Lecomte dans la cage, de la charnière centrale Badiashile-Disasi en défense, de Ruben Aguilar à droite, d’Aurélien Tchouaméni au milieu de terrain et du duo Ben Yedder-Volland devant.

Pour le reste, la concurrence promet d’être féroce. Arrivés cet été, Florentino Luis et Caio Henrique pourraient trouver leur place dans le onze rapidement, alors que Cesc Fabregas, renaissant cette saison, postule lui aussi à une place de titulaire. Contre Strasbourg, l’animation offensive avec Stevan Jovetic autour de Wissam Ben Yedder et Kevin Volland, devant un milieu Fabregas-Fofana-Tchouaméni, avait affiché de belles promesses avant la double expulsion monégasques qui avait terni la rencontre. Mais pour l’instant, le technicien de l’ASM n’a pas renouvelé sa confiance à ce trio, préférant la vitesse et la verticalité de Gelson Martins, très remuant face à Montpellier.

Des ambitions encore raisonnées

Depuis Strasbourg, l’ASM a enchaîné une défaite et un nul, posant à nouveau la question des automatismes, dans une équipe qui n’a pas été profondément bouleversée si l’on se fie aux joueurs les plus régulièrement alignés par Niko Kovac (seuls Axel Disasi et Kevin Volland se sont installés dans le onze par rapport à l’an dernier) cette saison. Alors au moment d’affronter ses principaux concurrents pour une place européenne, si Monaco se cherche encore et s’il est encore difficile de positionner l’ASM sur l’échelle des prétendants aux places européennes – le Paris Saint-Germain est hors-compétition, le LOSC est impressionnant, le Stade Rennais est solide, l’Olympique Lyonnais, sans Coupe d’Europe, est le favori des « autres » – l’objectif n’a pas changé dans l’esprit de Niko Kovac et de ses dirigeants.

« J’ai choisi l’AS Monaco pour une raison simple : c’est un grand club, avec une grande histoire, confiait-il à son arrivée sur le Rocher. Ces dernières saisons n’ont peut-être pas été à la hauteur, mais notre but est de ramener l’AS Monaco au sommet de la Ligue 1. » Pour décrocher une place sur le podium, Monaco devra être présent dans les grands rendez-vous. Cela tombe bien, cela ne devrait pas manquer dans les prochaines semaines.