Impressionnant de maturité, Chrislain Matsima (18 ans) s’est imposé cette saison dans l’esprit de Niko Kovac comme la troisième alternative au poste de défenseur central. Une ascension fulgurante pour ce pur produit de la formation monégasque. Portrait.

N’attendez pas de lui qu’il dégage à tout-va sous la pression des attaquants adverses. L’héritage des parties improvisées dans les ruelles de Colombes est bien trop grand. En région parisienne, le football de quartier l’a façonné, malgré sa longue silhouette, déjà imposante. « On jouait presque tous les soirs avec mes copains du quartier. Il fallait être assez technique pour s’amuser, se remémore-t-il dans un sourire. Je suis issu d’une famille très attachée au football. Mon grand frère a commencé avant moi. C’est ce qui m’a poussé à m’inscrire dans un club. » Une vocation est née. Un destin, aussi. Celui d’une ascension fulgurante, qui mène aujourd’hui Chrislain Matsima (1,90 m) sur les pelouses de Ligue 1, maillot de l’AS Monaco sur les épaules.

Des débuts en région parisienne

« Dès qu’il est arrivé, on a vu son profil très carré, posé. C’est un jeune joueur qui sait où il va, confiait pour le site de l’AS Monaco Manu Dos Santos, qui l’a eu sous ses ordres en U17. Que ce soit dans la vie ou sur le terrain. Dès qu’il est arrivé, il s’est imposé en tant que titulaire, montrant une faculté d’adaptation supérieure à la moyenne. Sur le terrain c’est un leader naturel, notamment par l’impact qu’il met dans les duels. Très à l’écoute, il a vite rectifié ses petites lacunes au niveau de la lecture du jeu, un aspect où il péchait un peu parfois. » Après avoir fait ses gammes dans les Hauts-de-Seine à la JSC Nanterre, où il lui est arrivé de « jouer attaquant avant de descendre d’un cran au fil des saisons », puis à la Garenne-Colombes et au Racing Colombes, Chrislain Matsima est arrivé au centre formation de l’ASM en 2017, à l’âge de 15 ans.

Sergio Ramos comme idole

« J’ai été approché par de nombreux clubs, mais mon choix s’est immédiatement porté sur l’AS Monaco, nous affirme ce grand fan de Sergio Ramos, source d’inspiration depuis de longues années. À l’époque où j’ai signé, Monaco avait été sacré champion de France. Le club fait énormément confiance aux jeunes, comme on peut le voir cette saison. C’est ce qui a motivé mon choix. » Plutôt calme et réservé, casanier et bosseur, le défenseur s’affirme sur le terrain par son jeu de tête autoritaire, ses déplacements vifs et sa relance toujours propre. Des qualités qui lui ont permis de rapidement s’imposer dès son arrivée sur le Rocher, au point de faire partie des cadres de toutes les équipes de jeunes qu’il a fréquenté (il a toujours été surclassé au point d’être promu capitaine de la N2 à seulement 17 ans et titulaire à l’Euro puis au Mondial U17 au Brésil en 2019 avec l’équipe de France).

Déjà dans la rotation

De quoi taper dans l’oeil d’un certain Niko Kovac. L’été dernier, lors d’un stage en Pologne, Matsima pointe le bout de son nez dans le groupe professionnel. Depuis, celui qui rappe avec un flow incroyable à ses heures perdues ne l’a plus jamais quitté. Quatre apparitions convaincantes en Ligue 1, un intérim parfaitement négocié au moment de la suspension d’Axel Disasi, le natif de Colombes est aujourd’hui la première alternative aux yeux de Niko Kovac derrière l’indéboulonnable duo Badiashile-Disasi. Devant Strahinja Pavlović et Guillermo Maripán. C’est dire la maturité étonnante du jeune homme, qui entend « continuer à progresser » tout en gardant « la tête sur les épaules. »

Dans les pas de Benoît Badiashile

Son entraîneur ne tarit d’ailleurs pas d’éloges à son sujet. « Chrislain est un joueur très talentueux, qui est international U19. Il fait partie des nombreux jeunes joueurs qui travaillent très bien dans notre effectif. Il est très propre dans sa relance et à l’aise dans le jeu aérien. » De quoi marcher rapidement dans les pas d’un certain… Benoît Badiashile. « La concurrence est très saine, on s’entend tous super bien, c’est ce qui nous motive à l’entraînement, confie Matsima, qui apprécie l’expérience de Niko Kovac et la proximité qu’entretient l’entraîneur monégasque avec ses joueurs. Il est toujours à l’écoute, proche de nous, surtout les jeunes. Il n’hésite pas à se mettre à nos place de temps en temps. Son passé d’ancien joueur et la rigueur qu’il met à l’entraînement, je pense que c’est la clé de notre réussite. »

>> À LIRE AUSSI : Gifted youngster Matsima showing promise for Monaco

>> À LIRE AUSSI : À la découverte de Giulian Biancone (AS Monaco)