Le Rolex Monte-Carlo Masters s’est achevé ce dimanche, avec la victoire de Stefanos Tsitsipas. Dans un contexte particulier, sans public, et avec les éliminations surprises de Rafael Nadal et Novak Djokovic, le plus prestigieux des Masters 1000 a été riche en rebondissements cette année. Voici les trois principaux faits marquants de cette édition 2021.

La consécration de Stefanos Tsitsipas

Depuis le temps qu’il l’attendait, cette première victoire en Masters 1000. Sur le Rocher, à quelques kilomètres seulement de la Mouratoglou Academy, son camp de base à l’année, Stefanos Tsitsipas a remporté sur sa surface favorite son premier titre dans la catégorie, en venant à bout d’Andrey Rublev en finale (6-3, 6-3). « J’ai vécu la meilleure semaine de ma vie » a-t-il confié à l’issue de sa victoire. Et pour cause. Vainqueur du Masters en 2019, le cinquième joueur mondial avait jusque-là échoué à deux reprises en finale d’un Masters 1000 (Toronto 2018, Madrid 2019).

>> À LIRE AUSSI : Rolex Monte-Carlo Masters : Stefanos Tsitsipas triomphe en Principauté

Mais cette fois, sur la terre-battue monégasque qu’il chéri tant, le Grec (22 ans) a assumé son statut après les éliminations de Rafael Nadal et Novak Djokovic pour s’offrir le plus beau titre de sa jeune et prometteuse carrière. Comme un symbole (sa mère, Julia Salnikova, avait été titrée en juniors à Monaco en 1981), ce trophée pourrait définitivement lancer ce passionné de photographie au délicieux revers à une main vers les sommets. Jusqu’à détrôner le roi Nadal à Roland-Garros dans quelques semaines ?

La défaillance du duo Djokovic-Nadal

Tout le monde avait parié sur une finale entre le numéro 1 mondial, vainqueur de l’Open d’Australie 2021, et le meilleur joueur de l’histoire sur la terre-battue, lauréat à onze reprises en Principauté. À l’arrivée, ni Novak Djokovic, ni Rafael Nadal n’ont rallié les demi-finales du tournoi. Tous les deux de retour sur le circuit à Monaco après une longue coupure depuis la fin de l’Open d’Australie, contrairement à Andrey Rublev, par exemple, qui sortait d’une demi-finale à Miami quelques jours seulement avant son entrée en lice en Principauté, Djokovic et Nadal ont manqué de rythme en compétition.

>> À LIRE AUSSI : Rolex Monte-Carlo Masters : Djokovic estime avoir vécu l’un de ses « pires matchs »

Méconnaissable face à Dan Evans en huitième de finale (6-4, 7-5), le Serbe a vécu un cauchemar sur le court central du Monte-Carlo Country Club, comme il l’a souligné, dépité, en conférence de presse. « A vrai dire, c’est l’un des pires matches, la pire performance dont je me souvienne ces dernières années. » De son côté, après une entrée en matière expéditive face à Federico Delbonis (6-1, 6-2) et une victoire déroutante contre Grigor Dimitrov (6-1, 6-1), le Majorquin a cédé face aux banderilles d’Andrey Rublev (6-2, 4-6, 6-2) en quart de finale. Roland-Garros s’annonce plus indécis que jamais !

L’ascension d’Andrey Rublev

Il ne cesse de grimper les échelons depuis quelques semaines. À 23 ans, le numéro 7 mondial a bien failli épingler à Monaco son premier titre en Masters 1000, lui qui restait sur un quart de finale à l’Open d’Australie. Mais en sortant vainqueur de son duel face à Rafael Nadal, le Russe a marqué les esprits. Réputé pour son coup droit surpuissant, Andrey Rublev a connu une semaine de rêve sur le Rocher, malgré sa défaite en finale face à Tsitsipas.

>> À LIRE AUSSI : Rolex Monte-Carlo Masters : Sensationnel Rublev !

Des performances remarquées, qui placent désormais le natif de Moscou comme un sérieux outsider lors des prochains grands rendez-vous, à commencer par Roland-Garros fin mai. Avec Daniil Medvedev (ATP n°2), et sans oublier Karen Khachanov (ATP n°23) et Aslan Karatsev (ATP n°28), le tennis russe pourrait vivre les plus belles heures de son histoire dans les années à venir.