L’ancien Conseiller de Gouvernement-Ministre des Relations Extérieures et de la Coopération est en poste depuis ce lundi 17 janvier.

Après une première réunion du nouveau Cabinet du Prince Albert II au Palais Princier le 17 janvier au matin, Laurent Anselmi s’est exprimé au micro de Monaco Info. Le nouveau Chef de Cabinet a fait le point sur cette toute nouvelle mission qui lui a été confiée.

Avancer de l’intérieur sur les nouvelles thématiques publiques

Attractivité, transition numérique, transition énergétique, contrôle de la dépense publique et développement de nouvelles recettes budgétaires : voilà les cinq grands axes sur lesquels le Cabinet Princier s’apprête à travailler.

« Nous sommes à la fois déterminés à accomplir notre mission au service du Prince et puis avides de découvrir, puisqu’il y a une part d’inconnu et d’imprévu, confie Laurent Anselmi. Ce sont les grandes lignes des nouvelles politiques publiques, mais nous avons d’abord vocation à être un cercle de réflexion, et aussi un exécutant de la chaîne de commandement qui part du Prince pour aller jusqu’au terrain. »

Un cercle de réflexion entièrement repensé et féminisé, composé de trois femmes et de deux hommes choisis par le Prince. Et si chaque membre aura une mission précise, le but est aussi « de se challenger pour appréhender des dossiers qui ne sont pas forcément de sa spécialité, pour sortir de sa zone de confort. »

prince-albert-cabinet
Le nouveau Cabinet du Prince Albert II © Direction de la Communication / Michael Alesi

Donner une autre image à la Principauté

Autre mission majeure du Cabinet : contribuer à donner une image plus véridique et moins galvaudée de Monaco, à l’échelle française comme internationale. « C’est un défi continu. Connaître et faire connaître, ça nécessite une adaptation constante, compte-tenu des nouvelles technologies, des nouveaux moyens d’information, des réseaux sociaux… », explique Laurent Anselmi.

Le nouveau Chef de Cabinet témoigne cependant de la confiance qu’il place dans son équipe pour atteindre les objectifs fixés : « On a tous une volonté commune de réussir. Nous sommes tous du service public, nous avons tous une éthique du service public, de l’intérêt général, au service d’un Etat impartial, d’un Etat vertueux, de l’Etat de droit. »

Pour ce faire, le Cabinet Princier assistera le Prince Souverain dans l’exercice de ses prérogatives constitutionnelles, vérifiera le bon fonctionnement du lien fait entre le Prince et le terrain et portera de nouvelles idées.