Interview

Emil Humbert et Christophe Poyet : quand le savoir-faire français rencontre l’élégance monégasque

christophe-poyet-emil-humbert
Francis Amiand - Emil Humbert (à gauche) et Christophe Poyet (à droite)

Le cabinet d’architecture d’intérieur monégasque Humbert & Poyet a reçu en début d’année le prestigieux Label French Design à l’Elysée.

C’est l’histoire d’une collaboration, mais aussi d’une amitié. Depuis 14 ans maintenant, le Français Emil Humbert et le Monégasque Christophe Poyet gèrent leur cabinet d’architecture d’intérieur Humbert & Poyet, basé à Monaco.

« J’ai rencontré Christophe à la fin de mes études d’architecture à Paris, raconte Emil. Lui avait fait des études d’architecture d’intérieur. J’ai commencé à travailler seul sur des projets en Principauté mais je cherchais quelqu’un avec qui m’associer. Quand Christophe a été diplômé, on a travaillé ensemble sur des projets résidentiels dans le Carré d’or. Ça a très bien fonctionné et l’agence Humbert & Poyet est née. »

Mais une fois l’association créée, encore fallait-il s’entendre professionnellement ! Si, sur le papier, Emil étudie davantage les plans d’architecture et le travail des volumes, alors que Christophe est surtout sensible aux matières et les couleurs, tous deux mettent la main à la pâte dans tous les domaines. « On s’est tout de suite très bien entendus, on est très complémentaires dans le travail. On n’a jamais eu de conflits : si on a des désaccords, on élève le débat dans l’intérêt du projet. On est tous les deux très impliqués. C’est bien dans le processus créatif d’avoir quelqu’un qui est son égal », explique Emil.

LIRE AUSSI : Palais Honoria, Tour Simona, Villa Troglodyte… Jean-Pierre Lott pose sa patte sur la Principauté

Monaco, véritable tremplin créatif

Et cette collaboration a en effet plus que bien marché. Alors qu’ils ne fonctionnaient qu’en duo à la base, aujourd’hui, leur cabinet compte une trentaine de membres. Une réussite pour laquelle la Principauté a aussi joué un rôle : « quand on a commencé à travailler ensemble, Monaco nous a permis d’accéder à des projets importants alors qu’on était très jeunes. C’est un pays à l’échelle d’une ville et ici, les gens vous donnent plus facilement une chance et vous avez plus de visibilité rapidement ! Ça a été un vrai tremplin pour nous dès le départ. »

Parmi les grands projets menés en Principauté, le « 26 Carré d’or » à Monaco, le « fleuron monégasque » du cabinet. Ce projet exceptionnel de très grande envergure, témoigne de l’ADN Humbert & Poyet. Un ADN caractérisé par la réinvention des codes classiques du luxe, retravaillés d’une manière contemporaine.

26-carre-dor-monaco-humbert-poyet
26 Carré d’Or, Monaco – © Francis Amiand
humbert-poyet-26-carre-dore-monao
26 Carré d’Or, Monaco – © Francis Amiand
monaco-26-carre-dor-humbert-et-poyet
26 Carré d’Or, Monaco – © Francis Amiand
apr-humbert-poyet-elysée
© DR

« C’est un style flamboyant, qui exprime la joie de vivre et qui ne se refuse rien, précise l’architecte français. On travaille les effets de matière, les textures, on les associe ensemble. On travaille dans le détail à son paroxysme. Par exemple, on va mettre en valeur un bois en l’associant avec un laiton, ou bien on va travailler du marbre de trois façons différentes (lisse, rugueuse et bouchardée) pour avoir la juxtaposition des propriétés tactiles et des effets de brillance et de matité de chaque matière. »

Quand on a su qu’on allait être reçus à l’Elysée on a été vraiment très surpris et très honorés

Une haute distinction

C’est justement ce style si particulier et délicat, mêlé à l’artisanat français et européen, qui a permis au jeune duo de recevoir le Label French Design 100 en janvier dernier. Un prix unique et prestigieux, remis chaque année à 100 lauréats sur plus de 1 000 participants, qui honore les architectes, designers et décorateurs qui rayonnent à l’international en exportant le style français. « On a été très honorés de recevoir ce prix, se souvient Emil. On a été reçus à l’Elysée par Emmanuel Macron et sa femme avec nos collègues et collaborateurs. C’était un moment très fort pour nous. »

Pourtant, en envoyant leur candidature, ni Emil ni Christophe ne s’attendaient à recevoir une telle distinction : « On avait déposé notre candidature à travers un projet à New-York, mais sans vraiment y penser. Quand on a reçu la réponse, quand on a su qu’on allait être reçus à l’Elysée on a été vraiment très surpris et très honorés. Après la cérémonie, on était galvanisés par cette rencontre et par le discours qu’Emmanuel Macron a fait sur l’architecture, le design et le style français. »

Ce projet à New-York, c’est Aquazzura. Une boutique de chaussures italienne, que les deux architectes ont designée outre-Atlantique : « On a choisi de présenter cette boutique parce que c’était l’expression de notre style français pour une marque italienne dans une boutique aux États-Unis. On trouvait ça très intéressant pour montrer et exprimer notre travail. »

humbert-poyet-Aquazzura-new-york
Aquazzura, New-York – © Charlie Chuck

Forts de cette distinction prestigieuse, Christophe et Emil multiplient encore les idées à l’international. Un hôtel Mandarin Oriental à Vienne, une villa sur le lac de Côme ou encore des projets résidentiels à Londres et Saint-Jean-Cap-Ferrat devraient prochainement voir le jour. Autant de projets qui permettront aux deux architectes de laisser parler leur créativité sans limite.