La cheffe Mélanie Serre a repris les rênes de ce bel établissement géré par la Société des Bains de Mer.

melanie-serre-elsa
Mélanie Serre © Monte-Carlo SBM

Prenez des produits frais, bio, locaux et de saison, ajoutez une pincée de créativité, saupoudrez d’une vue imprenable sur la mer, et vous aurez ainsi la recette d’Elsa, restaurant du Monte-Carlo Beach, dont la cuisine est désormais gérée d’une main de maître par la cheffe Mélanie Serre.

Pourtant, la jeune femme ne se destinait pas, de prime abord, à une carrière derrière les fourneaux, même si la cuisine n’était pas bien loin : « Après un bac scientifique, je suis partie sur une licence de management en hôtellerie-restauration, puisque pendant mon adolescence, je travaillais chez mon oncle qui était chef de cuisine-traiteur. Tous les samedis, j’allais faire les mariages pendant que les copains et copines faisaient la fête. J’adorais cette ambiance de mariage, où les gens sont heureux et où tout se passait bien.

Après le bac, je me suis dit que je voulais partir dans cette direction, mais je ne voulais pas faire de la cuisine : je voulais faire du management. Je me rappelle même que j’avais dit pour l’entretien d’admission à l’école : « un jour, j’aurai un hôtel sur chaque continent. » »

Plusieurs stages chez des traiteurs de renom plus tard, Mélanie Serre change finalement de projet mais reste ambitieuse. Arrivée une première fois à Monaco en 2011, elle rejoint les équipes du Métropole, de Joël Robuchon et de Christophe Cussac. A la demande de Joël Robuchon, elle s’occupe, quatre ans plus tard, de son Atelier à Paris, avant d’ouvrir son propre restaurant dans la capitale, qu’elle gère encore aujourd’hui avec son compagnon.

Une cuisine 100% biologique

C’est donc un tout nouveau défi qui se présente à elle : s’occuper de deux établissements, l’un à Paris, l’autre à Roquebrune-Cap-Martin. Une fois l’excitation passée, il a fallu s’organiser. Et, surtout, s’investir pleinement dans le bio, la marque de fabrique de la maison. « C’est un vrai challenge : vous êtes dépendant de la nature, des saisons, de ce qu’on va bien vouloir vous donner. C’est difficile quand vous avez un restaurant, avec une carte qui est fixe. Par exemple, aujourd’hui, j’ai de la rhubarbe en dessert, mais peut-être que dans une semaine il n’y aura plus de rhubarbe.

LIRE AUSSI : On a testé pour vous : Pavyllon, le nouveau restaurant de Monaco signé Yannick Alléno

elsa-restaurant
© Monte-Carlo SBM

Il faut être capable de s’adapter, de changer assez rapidement, parfois. La gymnastique est encore plus rapide pour le bio que pour les produits de saison. Et puis, certains produits n’existent pas en bio, comme le saté, une épice asiatique. Je voulais absolument faire un sabayon au saté avec les asperges, mais le saté biologique n’existe pas, donc j’ai dû apprendre à faire du saté. J’ai aussi appris à faire de la feuille de brique ! »

rouget-plat-elsa
Rouget de Méditerranée en filet, gnocchi de pomme de terre, jeune roquette poivrée et condiment à l’ail noir – © Monte-Carlo SBM

En parallèle de cette réflexion autour des denrées bio, le but de Mélanie Serre est de proposer une carte à base d’aliments sains, mais pas fade pour autant :

« Il faut toujours aller chercher le meilleur produit, chez le meilleur fournisseur. J’ai besoin d’avoir un feeling avec la personne avec qui je vais travailler, de voir comment il travaille, pour magnifier le produit. Mais le plus important, c’est de faire une cuisine qui a du goût, avec du piment, du poivre… Une cuisine relevée, de caractère. »

LIRE AUSSI : On a testé pour vous : Em Sherif, un voyage culinaire vers le Liban

Notre avis

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le pari est réussi ! Avec des plats légers et sains, le goût est au rendez-vous ! Nous vous recommandons particulièrement la carotte au cumin, pesto de fanes et jus rafraîchi à l’orange et au gingembre, qui séduit tant par sa présentation que par ses saveurs pour le moins incomparables !

plat-carotte-elsa
© Monte-Carlo SBM

Les desserts apportent une touche de légèreté et de fraîcheur, particulièrement bienvenue l’été. D’ailleurs, la magnifique terrasse ensoleillée, offrant une très belle vue sur la Méditerranée, nous donne l’impression d’être déjà en vacances.

Un endroit à tester absolument, jusqu’au 2 octobre 2022, date de fin de la saison.

Infos pratiques :

  • Ouvert au déjeuner et au dîner du mercredi au dimanche.
  • Déjeuner de 12h30 à 14h30. Dîner de 19h30 à 22h30.
  • Déjeuner : entrée / plat / dessert 68 € en semaine, 88 € le week-end et les jours fériés
  • Menu découverte en cinq services : 138 €