Brève

Pas de navettes maritimes entre Nice et Monaco avant 2026

port-monaco
Port de Monaco © Monaco Tribune

C’était le projet phare pour désengorger les voies d’accès à la Principauté.

D’abord programmées à l’été 2021, puis décalées à début 2022, les premières traversées n’auront finalement pas lieu avant plusieurs années. Le premier, puis le second appel d’offres lancé par la régie Lignes d’Azur pour une embarcation écologique n’ont pas abouti. Et pour cause, un tel service doit être créé de toutes pièces.

La Métropole Nice Côte d’Azur a donc organisé un « sourcing ». Et d’après les industriels interrogés par 20 Minutes, « la mise en service d’une offre de navettes régulières à hydrogène ou 100 % électrique intégrée aux transports publics », ne pourrait être opérationnelle avant 2026.

En parallèle, la Métropole réfléchi à la mise en place d’embarcations équipées d’hydrofoils, sorte d’ailes sous-marines. Parmi elles, l’invention décarbonée d’une société américaine présentée la semaine dernière au salon Transition Forum à Nice. Regent Craft développe un engin futuriste « mi-bateau mi-avion à grande vitesse » qui circule à « plus de 200 km/h en vitesse de pointe et à 2,50 m au-dessus de l’eau », selon la collectivité contactée par nos confrères.

Des premiers essais aux Etats-Unis

Des essais sont prévus en Floride. Ils concerneront un prototype permettant d’embarquer dans un premier temps douze passagers, puis 100. La Métropole a précisé que Christian Estrosi avait conclu « un accord » avec cette entreprise « pour tester ce nouveau mode de transport depuis Nice » en 2024 et ainsi réaliser « une toute première en Europe ».

Cette option qui pourrait être opérationnelle en 2027, permettrait aux passagers de faire Nice-Monaco en seulement vingt minutes.