Publicité »
Analyse

Comment est perçu l’intérêt de Jim Ratcliffe pour Manchester United par la presse britannique ?

jim ratcliffe
Jim Ratcliffe – All rights reserved

En concurrence avec le Qatar dans le rachat du mythique club mancunien, le PDG du groupe Ineos et propriétaire de l’OGC Nice aurait les faveurs des supporters des Red Devils et de nombreux suiveurs au Royaume-Uni.

Aperçu à Old Trafford il y a quelques jours, Jim Ratcliffe et son équipe ont passé du temps au centre d’entraînement de Carrington et ont rencontré l’entraîneur de l’équipe Erik ten Hag, mais aussi le directeur général des Red Devils, Richard Arnold.

Publicité

En pleine opération séduction pour racheter son club de coeur et en concurrence avec Sheikh Jassim Bin Hamad Al Thani, président de la Qatar Islamic Bank (QIB), le résident monégasque serait confiant sur ses chances d’acquérir Manchester United, propriété de la famille Glazers.

Et pour cause. Du côté des supporters mancuniens, Jim Ratcliffe serait le choix le plus populaire selon un sondage de The Athletic. Le propriétaire de l’OGC Nice aurait les faveurs des fans, devant la famille royale qatarie. Il y a quelques semaines, l’un des principaux groupes de supporters de Manchester United a mis en garde contre une prise de contrôle du club issu d’un pays où les relations homosexuelles sont illégales. Selon The Guardian, Jim Ratcliffe serait plus en phase avec les valeurs des supporters mancuniens.

Publicité »

Assez pour faire de lui le « chevalier blanc » à même de sauver Manchester United ? Si certains supporters restent mesurés quant à l’offre du milliardaire britannique, soulignant les doutes liés à l’équité sportive, Ineos étant également propriétaire de l’OGC Nice, une majorité de fans soulignent l’attachement du milliardaire britannique à Manchester United, une ville dans laquelle il est né et a grandi.

Un argument qui serait également valable si l’offre qatarie aboutissait, puisque le Paris Saint-Germain est la propriété de Qatar Sports Investments. Conscient que cela pourrait poser un problème aux yeux de l’UEFA, le Qatar s’est juridiquement séparé de QSI via la fondation Nine Two, portée par Jassim Bin Hamad Al Thani. Une méthode qui devrait être également suivie par Jim Ratcliffe et Ineos, pour séparer distinctement Manchester United de l’OGC Nice.

Dans ces propos relayés par The Times, Ratcliffe avait d’ailleurs eu ses mots, comme pour marquer sa différence avec l’offre qatari en vantant une candidature nationale. « Nous souhaitons que Manchester United s’ancre dans son glorieux passé et dans ses racines du nord-ouest de l’Angleterre. Nous voulons ramener Manchester United à Manchester. »

Dave Brailsford déjà missionné par Jim Ratcliffe ?

Conscient d’avoir une véritable chance de mettre la main sur le club le plus titré d’Angleterre en étant (pour l’instant) le seul opposant au Qatar, Jim Ratcliffe aurait, toujours selon The Times, déjà missionné Dave Brailsford, l’ancien patron de British Cycling et d’Ineos Grenadiers, de travailler sur un grand plan stratégique, en ouvrant des conversations avec des personnalités reconnues dans le recrutement, l’analyse, la science du sport ou les infrastructures.

Publicité »

Mais Jim Ratcliffe ne s’engagera pas pour autant à n’importe quel prix. Le patron d’Ineos Jim Ratcliffe, déjà propriétaire de l’OGC Nice, l’a affirmé au Wall Street Journal alors que selon Reuters, toute vente de United dépasserait probablement la plus grosse transaction sportive réalisée jusqu’à présent.

« Comment décidez-vous du prix d’un tableau ? Comment décidez-vous du prix d’une maison ? Cela n’a rien à voir avec le coût de la construction ou le coût de la peinture. Ce que vous ne voulez pas faire, c’est payer des prix stupides pour des choses parce que vous le regretterez par la suite. »

Parmi les freins qui pourraient bloquer l’offre de Jim Ratcliffe, la volonté des Qataris de racheter 100% du club et pas des parts minoritaires. Si la famille Glazer décide de vendre United, Ratcliffe souhaite lui racheter la totalité de sa participation, qui s’élève à 69 %.

Écoeurés par la famille Glazer, qui dirige le club depuis 2005, les supporters des Red Devils privilégient un rachat total, ce qui ne va pas dans le sens de la candidature de Jim Ratcliffe.

Et si les intérêts de Jim Ratcliffe et du Qatar ont été les plus médiatisés depuis plusieurs semaines, il n’est encore pas à exclure que d’autres potentiels acquéreurs (États-Unis ? Arabie Saoudite ? Asie ?) entrent également dans la danse, comme l’a révélé Sky News, qui a aussi affirmé lundi 20 mars que le cheikh Jassim et Ratcliffe étaient bien en train de préparer une deuxième proposition avant la date limite du 21 mars. La lutte acharnée pour récupérer le géant européen ne fait décidément que commencer.

Publicité »

Manchester United, l’ultime pièce du puzzle de la galaxie Ineos ?

Depuis 2017, Jim Ratcliffe a investi massivement dans le sport, à commencer par l’achat du Football Club Lausanne-Sport en Suisse, premier investissement dans le football, avant de prendre les commandes de l’équipe britannique cycliste Sky en 2019, qui a tout raflé dans sa discpline.

La même année, Ineos a officiellement racheté l’OGC Nice avant de devenir en 2020 actionnaire de l’écurie Mercedes F1 à parts égales avec Daimler et Toto Wolff.

Ineos-academie-Kenya
© Ineos

L’année suivante, Ineos a investi 110 millions de livres sterling pour la participation de l’Ineos Team UK à la Coupe de l’America. Proche d’Eliud Kipchoge, qui a franchi la marque des deux heures lors d’un marathon à Vienne, le 12 octobre 2019, lors d’un événement intitulé Ineos 1:59, Jim Ratcliffe a également lancé une nouvelle académie de cyclisme au Kenya.

Récemment, Jean-Claude Blanc, directeur général du Paris Saint-Germain pendant plus de dix ans, a été promu directeur général d’Ineos Sport, avec pour mission de mener à bien l’ensemble de ces projets. Et Manchester United pourrait bien être le prochain achat d’envergure du géant de la chimie.